Liège Le Tec se veut rassurant par rapport aux craintes de l’ASBL urbAgora.

Ce week-end, nous avons fait état de l’inquiétude de l’ASBL urbAgora qui estimait que la capacité du futur tram liégeois serait insuffisante pour englober le flux des navetteurs en heures de pointe. Selon l’association, la capacité du futur tram était de 4 133 passagers par heure, alors qu’il faudrait une capacité de minimum 10 000 personnes...

À la lecture de ces chiffres, les responsables du Tec Liège-Verviers ont avalé leur café de travers…"En tout cas, je ne sais pas d’où viennent les chiffres diffusés par l’association" , rétorque Carine Zanella, la porte-parole du Tec Liège-Verviers. Et de s’inscrire en faux par rapport à ceux-ci. "Le tram est un magnifique projet et c’est dommage de jeter la suspicion sur le travail accompli et à accomplir. Nous n’avons évidemment pas travaillé à la légère et la capacité du tram est évidemment basée sur des études sérieuses. Pour ce faire nous avons fait des comptages en 2018 et les chiffres ne correspondent pas à ceux d’urbAgora."

Et la porte-parole d’expliquer que l’association avait probablement compté le nombre de bus (et sa capacité maximum) et non le nombre de passagers. "En outre, il y a d’autres paramètres à prendre en compte. Prenons, par exemple la création de la ligne 148 vers le Sart-Tilman qui diminuera la fréquentation du tram en centre-ville."

Et Carine Zanella de se montrer rassurante. "Nos études sont sérieuses et se basent sur une fréquence d’un tram toutes les 4 minutes 30. Si cela n’était pas assez, nous avons la capacité d’augmenter la fréquence des trams à un toutes les trois minutes."