Une nouvelle fois et sans avoir encore reçu d'autorisation préalable, une manifestation est organisée ce samedi soir dans les rues de Liège. Et ce notamment contre le couvre-feu, lequel est vu par les participants comme une mesure sanitaire sécuritaire et " une étape supplémentaire soi-disant exceptionnelle vers l'installation et l'acceptation généralisée des pouvoirs répressifs".

L'individualisation des responsabilités collectives, la multiplication des mesures liberticides et de surveillance, la répression des initiatives de solidarité auto-organisées, le manque de mesures cohérentes pour lutter contre le virus et la mésinformation à outrance constituent pour ces derniers un terreau fertile pour des courants réactionnaires telles que l'extrême-droite ou encore le complotisme, lesquels instrumentalisent selon eux un ras-le-bol généralisé, légitime et justifié.

Et de faire un parallèle pour le moins douteux avec des affaires judiciaires en cours et qui font la une de l'actualité en ce moment (Adil, Mawda, FGTB...).

" Les autorités ont démontré leur impréparation face à la pandémie du Covid-19. Ces six derniers mois, malgré les alertes et propositions des secteurs de la santé et du travail social, aucun choix conséquent n'a été pris pour anticiper la deuxième vague de contaminations", est-il déploré.

Et ce groupe de citoyens (très) engagés (à gauche) de rappeler leurs diverses préoccupations en la matière. "Combien d'entre nous, sans perspectives, ne peuvent plus se projeter ? Combien de temps sommes-nous censés accepter cette situation et regarder les choses s'empirer ?".

Disant ne pas vouloir d'un statu quo, ces derniers entendent selon leurs dires "reprendre l'espace public" et ils appellent clairement via leur groupe Facebook à la désobéissance !

Le rendez-vous est donc fixé ce samedi dès 21h place Saint-Lambert contre le couvre-feu et pour des mesures sanitaires davantage solidaires.

Le port du masque est notamment conseillé à la fois pour limiter la transmission du virus mais aussi... " pour être moins reconnaissable par les images de la police locale".
Reste que cette dernière sera vigilante comme lors de la précédente manifestation à l'issue de laquelle des personnes ont été identifiées, risquant des amendes.