Anthony, 36 ans, a bénéficié d’une suspension du prononcé d’une durée de trois ans après avoir envoyé un écrit haineux et agressif à l’encontre d’une policière qui est chargée de luter contre le harcèlement de rue dans le centre de Liège. Toute cette affaire a débuté à la suite d’un reportage télévisé réalisé par la télévision française sur la fonction de cette nouvelle patrouille de police. 

La policière était chargée de se rendre sur le terrain avec des collègues et de déambuler dans les rues de Liège. Après quelques courtes minutes, la jeune femme est interpellée de manière désagréable par certains hommes. Il ne s’agit pas dans ce cadre d’empêcher toute tentative d’entrer en contact avec les femmes, mais bien d’empêcher des comportement harcelants, insistants et lourds de certains. Ces derniers sont alors interpellés sur leur comportement dérangeant. Lorsque cela s’avère nécessaire, un procès-verbal est dressé. Lors de ce reportage, la policière était censée avoir le visage dissimulé, tout comme son nom… Ce qui n’a nullement été le cas. 

Tant le visage que le nom de la policière étaient visibles. A la suite de ce reportage, la policière a reçu des messages haineux et agressifs. Elle a reçu des dizaines de messages d’insultes. Deux personnes se sont retrouvées poursuivies devant le tribunal. C’est le cas d’Anthony et de Mélissa, 26 ans. “ Félicitations madame la flic inutile, la honte”, a envoyé par message privé Anthony. 

Après son audition, ce dernier aurait également déclaré au policier qu’il était contre le gouvernement et que si il n’avait rien à perdre, il irait se faire sauter avec du C4. Il était donc poursuivi pour menaces, mais le tribunal a estimé que la menaces n’était pas suffisamment précise que pour être décrite comme établie. Quant à Mélissa, 26 ans, qui était également poursuivie car elle a commenté sous le reportage par “pendez-vous bande de cowboy.” Mais le fait de commenter sur le mur Facebook entre sous le coup de la loi sur le délit de presse. Me Arnaud Jaminon a estimé que le tribunal n'était pas compétent. Le tribunal a suivi cette argumentation et décidé de disjoindre les deux affaires.