Ce mercredi, la Cour Constitutionnelle a rendu une décision dans laquelle elle estime que l'Etat belge peut être tenu pour responsable de la libération de Nordine Amrani, l'auteur d'une fusillade commise sur la place Saint-Lambert à Liège et qui a coûté la vie à six personnes et provoqué 130 victimes. 

Il y a environ deux ans, le tribunal civil de Liège a décidé de poser six questions à la Cour Constitutionnelle à la suite de la demande de plusieurs victimes de la tuerie de Liège de reconnaître l’Etat belge comme responsable des faits commis par Nordine Amrani le 13 décembre 2011. 

Le libéré conditionnel a tué 6 personnes et blessé 130 victimes en tirant sur la foule et en lançant des grenades sur les personnes qui se trouvaient en contrebas. "La cour estime que l'on est en droit de mettre en cause la responsabilité de l'Etat belge à la suite de la décision du tribunal d'application des peines de libérer Nordine Amrani ", indique Me Alexandre Wilmotte qui défend plusieurs victimes. "L’objectif est que de telles choses n'arrivent plus. C'est un combat mené depuis plusieurs années auprès de familles qui ont perdu un être cher dans des conditions atroces. Non seulement, Monsieur Amrani n'aurait pas dû être libéré, mais en plus, si l'on avait surveillé ses conditions de libération, il aurait été remis en prison et ce drame ne serait pas arrivé.

Cet arrêt pour créer une jurisprudence.