Liège Plus de 5.000 manifestants ont défilé dans les rues de Liège

La cible était la même que lors des discours du 1er mai… mais l’échéance électorale étant plus proche encore, le ton était plus incisif. Il faut dire que face à la tribune installée place Saint-Paul, à l’ombre de la FGTB, plus de 5.000 manifestants se sont rassemblés ce mardi. À moins de 15 jours du scrutin, l’appel national lancé par le syndicat socialiste avait été bien entendu à Liège. Vers 10 h 30, un long cortège rouge a rejoint la place Saint-Paul via la rue des Guillemins et les boulevards.

Christian Jacquemin, président de la FGTB Verviers-Oostbelgien, a chauffé la foule : "Depuis 5 ans, ce gouvernement de droite extrême nous empêche de négocier librement. Le MR criminalise les combats syndicaux… L’intimidation, ça suffit".

La droite était donc la cible, celle qui dirige le pays depuis 5 ans mais aussi la Région depuis 2 ans… "Nous savons très bien que la FEB tient la plume pour rédiger les lois qui nous concernent". Et de rappeler, comme les autres orateurs du jour, l’enjeu du triple scrutin du 26 mai.

Dans la foule, on comptait des militants bien sûr mais aussi de nombreux "candidats", des partis qui se revendiquent de la vraie gauche, PS et PTB : Christie Morreale, Jean-Claude Marcourt, Raoul Hedebouw,…

Jean-François Tamellini, secrétaire fédéral FGTB ciblait plus encore son discours. Les oreilles d’Ecolo mais, surtout, du ministre des Pensions, ont sifflé. "Daniel Bacquelaine, il a dit vouloir réduire l’écart entre ceux qui ont les moyens et ceux qui ne les ont pas… et il le fait en touchant à la santé avec la pension à 67 ans alors que l’espérance de vie en bonne santé est à 64 ans. Il s’attaque à la dignité des pensionnés avec la pension à points, il s’attaque aux femmes avec la pension à mi-temps et il s’attaque au service public et à la pension des statutaires". Mais, précise le syndicaliste, "grâce à la résistance, nous avons contré bon nombre de ces mesures. À Bruxelles, Bacquelaine on l’appelle Bacqueloose".

Pour le secrétaire fédéral, le message du jour c’était donc aussi un appel à voter résolument à gauche le 26 mai prochain, "car deux partis ont promis de ramener la pension à 65 ans. Nous serons attentifs à cette promesse… pendant ce temps, Ecolo chipote". Ecolo à qui s’adresse donc "catégoriquement" Jean-François Tamellini : "Bordel, revenez à gauche".

Last but not least, Joel Thone, président de la FGTB Liège-Huy-Waremme, rappelait aux bons souvenirs de l’assemblée : "depuis 1981, il y a eu 4 sauts d’index. Avec l’effet cumulatif, on a perdu 8 % de salaire. C’est ce que l’idéologie libérale nous a volé… et à chaque fois, cela s’est produit lorsque les socialistes n’étaient pas au pouvoir !". Dont acte camarades…