Liège

Le premier congrès de cette chaire internationale se tiendra, à Liège les 13, 14 et 15 novembre prochains.

En mai 2018, L’Université de Liège (ULiège) a créé la chaire internationale dite “Mukwege”, en hommage au célèbre gynécologue congolais Dr Denis Mukwege, sur les violences infligées aux femmes et aux filles dans les conflits.

Le premier congrès de cette chaire internationale se tiendra, à Liège les 13, 14 et 15 novembre prochains. Comme attendu, c’est le Dr Mukwege qui ouvrira la cérémonie. S’en suivra alors une conférence sur les droits de l’enfant dans les conflits. Cette conférence sera donnée par une première invitée, le Professeur Françoise Tulkens de l’UCLouvain.

Pour rappel, le but de la chaire Mukwege est de créer un réseau international de recherche sur les violences sexuelles qu’elles subissent dans de telles situations. La chaire sera ouverte à différentes universités qui ont déjà accueilli le Dr Denis Mukwege, et notamment celles qui lui ont remis le titre de docteur honoris causa. Denis Mukwege a d’ailleurs été élevé à ce titre à Liège en 2018, quelques semaines à peine avant d’avoir reçu le prix Nobel de la Paix.

La chaire sera attachée au centre d’expertise en psychotraumatismes et psychologie légale, dirigé par le Pr Adélaïde Blavier à l’ULiège.

Initiée par la professeure émérite Véronique De Keyser, elle a été créée en concertation avec M. Mukwege. “Plus j’avance dans la vie, plus je m’aperçois qu’il y a autour de la problématique de la violence faite aux femmes des inconnues que seul je ne pourrai lever”, explique celui qui soigne les femmes violées dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

Le développement des recherches transversales et des connaissances doit permettre de mieux appréhender la prévention et le suivi des femmes victimes de violences sexuelles.

L’objectif est d’organiser ce congrès chaque année par les universités partenaires, dont une fois tous les trois ans en Afrique.