Certaines taxes sont toutefois supprimées pendant la durée du confinement…

C’est une requête du commerce liégeois, déjà émise à plusieurs reprises : la suppression pour l’année 2020 de l’ensemble des taxes communales liées au commerce.

Comme elle l’avait fait au début du confinement, en effet, l’ASBL Le Commerce liégeois a de nouveau sollicité les autorités communales afin qu’un geste soit réalisé pour les commerces qui souffrent du confinement… c’est un euphémisme. Car, depuis le 18 mars dernier, Liège est devenue ville morte.

En parallèle, Le Commerce liégeois en appelle aussi à la suppression des loyers commerciaux et charges pendant la durée des mesures fédérales de confinement comme c’est le cas dans d’autres pays.

Mais si certaines communes ont déjà franchi ce cap de suppression totale des taxes liées aux commerces, pour toute l’année (comme à Esneux), Liège semble se ranger du côté des Villes qui se refusent de les supprimer totalement, même si une aide est toutefois assurée.

" Comme nous l’avions confirmé il y a deux semaines, nous, nous supprimons certaines taxes le temps du confinement", nous confirmait ce jeudi encore Élisabeth Fraipont, échevine du Commerce à Liège… sans bien sûr connaître la durée globale de ce confinement.

Précisément, la taxe sur les débits de boissons, la redevance sur les terrasses et la taxe sur la force motrice seront supprimées… le temps du confinement donc. Par ailleurs, les redevances concernant les marchands ambulants seront facturées sur base des jours d’activité effective.

Vers une suppression totale en cas de confinement prolongé, pour aider à la relance ? "Ce n’est pas prévu pour le moment", précise encore l’échevine, qui ne ferme toutefois pas la porte définitivement. Le collège communal se réunira d’ailleurs (par vidéoconférence) ce vendredi… Il n’est pas exclu que cette question soit évoquée. Le coût de telles mesures n’est, évidemment, pas négligeable.