L’Agence européenne de l’Environnement vient de publier son visualiseur de la qualité de l’air dans les villes européennes qui font partie de l’Audit urbain (plus de 50 000 habitants et disposant de stations de mesures urbaines ou périurbaines).

Sur les 323 villes reprises dans le visualiseur, Liège est la première ville belge et se trouve à la 31e place avec un taux de particules fines s’élevant à 7,5 g/m³. Cette mesure est considérée comme "bonne" par l’Union européenne puisqu’elle est inférieure à la limite de 10 g/m³ établie par l’OMS.

Au-delà de l’aspect environnemental, il s’agit d’une bonne nouvelle pour la santé publique de la population liégeoise.

"Les nombreux changements de mobilité (tram, modes doux) qui sont en cours à Liège devraient encore venir renforcer cette amélioration de la quantité de particules fines dans la Cité ardente", se réjouit-on en outre à la ville de Liège.

Grâce à ce visualiseur, les citoyens peuvent disposer d’informations sur les niveaux de particules fines dans leur environnement quotidien. Les relevés et classement s’appuient sur la concentration annuelle moyenne au cours des deux dernières années civiles.

"Cette donnée européenne réjouit le Collège communal de la Ville de Liège qui est fortement engagé en faveur du climat", ajoute-t-on à la Violette.

Et de citer l’adhésion à Energy Cities en 2006, la signature de la Convention des Maires en 2008 ou encore la signature, en 2015, de la nouvelle Convention des Maires pour le Climat et l’Énergie et engagement à atteindre des objectifs renforcés d’ici 2030.

En outre, le facteur de réduction des émissions de 55 % d’ici 2030 a été adopté par le Conseil communal et traduit dans le Projet de ville Liège 2025/Plan St ratégique Transversal .

Lien vers l’étude : https://www.eea.europa.eu/fr/highlights/le-nouveau-visualiseur-de-donnees.