Liège

Envie de planter des carottes, des choux et des tomates en ville ? Suivez le guide...

Incroyables comestibles  : un nom qui pourrait sembler moqueur au regard du projet porté  : des potagers urbains. L’appellation n’a pourtant rien de caustique. En 2007 en effet, face à une production (et une consommation) alimentaire de plus en plus globale, échappant au consommateur, ce mouvement des Incroyables comestibles est né en Angleterre avec une finalité bien arrêtée  : réintroduire une alimentation locale et raisonnée dans le quotidien des citoyens . Comment  ? En proposant des potagers urbains précisément et donc “une offre gratuite de nourriture à partager”, expliquait ce jeudi matin Emilie Thomas, animatrice au Beau Mur, ASBL liégeoise qui développe ce projet à Liège.

Depuis 2016 en effet, le mouvement a trouvé ici un terreau fertile et depuis 2017 précisément, Liège et le Beau Mur ont mis en place ce permis de végétaliser. Comme son nom l’indique, il s’agit pour le citoyen d’obtenir un permis lui permettant de planter (littéralement) un potager dans l’espace public. L’an dernier, 45 permis du genre (une centaine de bacs en tout) ont été délivrés à Liège mais cette année, le mouvement devrait prendre de l’ampleur, grâce ce permis 2.0  !

“Grâce à ce permis de végétaliser 2.0, des solutions efficaces sont apportées”, explique Gilles Foret (MR), échevin de la Transition écologique à Liège, “désormais en effet, l’accès au permis est facilité. Notre but est de faire en sorte que tout se développe en harmonie”. En pratique, la procédure est donc simplifiée et toute personne désireuse d’introduire une demande peut le faire via l’e-guichet de la Ville (www.liege.be/permisdevegetaliser), à n’importe quel moment.

Émilie Thomas l’indique bien sûr, “l’objectif n’est pas de rendre la ville autonome avec ces potagers” ; mais bien de rendre possible cet échange de savoirs, de cultures. C’est ici que le Beau Mur intervient d’ailleurs. “Nous prodiguons des conseils pour ceux qui en auraient besoin, nous accompagnons les citoyens qui le souhaitent car ce n’est pas toujours évident de savoir quand il faut planter quoi. Il y a un parrainage des projets. Nous disposons d’un stock de semences et nous organisons aussi une bourse aux plantes”.

Des plantes qui, pour rappel, doivent être comestibles… Pour le reste, aucune limite assure le bourgmestre Willy Demeyer (PS) qui dit croire pleinement au projet. Il le précise d’ailleurs  : “Nous irons, à Liège, aussi loin que possible. Au bout du compte, il s’agit de vivre mieux et pour moins cher en ville”. C’est le municipaliste qui parle…