Le rappeur Hedi Chabar, 35 ans, mieux connu sous son nom de scène, Brulux, vient d’écoper d’une peine de cinq ans de prison avec sursis pour la moitié de la peine par le tribunal correctionnel de Liège après avoir été reconnu coupable d’avoir commis des violences particulièrement graves envers sa compagne, mais aussi un témoin qui a voulu venir en aide à celle-ci. Heidi Chabar a été reconnu coupable d’avoir commis deux tentatives de meurtre le 12 janvier 2019. Le rappeur a entretenu une relation sentimentale assez tumultueuse pendant quatre ans avec une jeune femme. Le couple a eu deux enfants et la relation a pris fin en juillet 2018. Le 12 janvier 2019, la situation était à priori apaisée entre les protagonistes. Ils ont décidé de manger ensemble à Bruxelles avant de revenir à Herstal où ils sont allés boire un verre dans un établissement. Lorsqu'ils ont quitté l'établissement, l'homme a commencé à s'énerver. Il a invectivé son ancienne compagne. Il lui aurait dit :  "Tu crois que tu peux porter plainte sur moi comme ça ? Tu ne me priveras pas de voir mes enfants. Tu dis que je consomme des stupéfiants à tout le monde et surtout à la police ".

 Hedi Chabar se serait alors montré menaçant. Il a dit a la dame qu’il n’en resterait qu’un. Lorsqu'ils sont arrivés sur les quais de la Dérivation à Liège, il a enlevé les clés de contact du véhicule. La voiture s'est arrêtée sur la chaussée au milieu de la bande de circulation. La dame alors commencé à pleurer parce qu'elle avait peur. Hedi Chabar avait snifé du gaz depuis Herstal. "Je suis sortie du véhicule car je voulais fuir à tout prix cet individu", a indiqué la plaignante.  "Il voulait me frapper avec le siphon culinaire ainsi qu'avec une bouteille d’alcool. J'ai commencé à crier pour avoir de l’aide mais personne ne me répondait. Afin de ne pas recevoir des coups de sa part, je tournais autour d'un véhicule pour qu'il ne m’attrape pas."

 Malheureusement pour la victime, l'intéressé a réussi à l’intercepter et à lui porter des coups de poing et de pied. "Il a réussi à me tirer les cheveux et m'a jetée au sol. J’avais peur qu’il me frappe avec son siphon, mais il ne l'a pas fait parce qu'il y avait des passants. Il a réussi à me porter un coup de pied à la tête." Le comportement de Chabar était si violent que plusieurs personnes se sont arrêtées pour venir en aide à la victime. Un des témoins a réussi à profiter du fait que le rappeur se déplaçait agressivement vers les personnes qui tentaient d’intervenir, pour mettre en sécurité la victime. C'est alors que Hedi Chabar est monté au volant de la voiture de la dame et a démarré en trombe. Il a alors volontairement foncé vers sa compagne et l’homme qui venait de lui venir en aide. Ces derniers n’ont eu d’autre choix que de se jeter sur le côté pour éviter d’être percutés ! Plusieurs témoins ont prévenu les secours. Ils ont tous confirmé la violence de l’agression et le fait que si les personnes ne s’étaient pas écartées, elles auraient été percutées par la voiture. “J’ai vraiment cru qu’il allait la tuer”, a indiqué un de ceux-ci. Le 26 janvier 2019, le suspect a confirmé avoir consommé de l’alcool et du gaz. L’homme a eu une version édulcorée des faits. “Je lui ai tiré les cheveux pour qu’elle remonte dans le véhicule, elle s’est jetée volontairement et seule au sol.” 

Une version démentie par les très nombreux témoins de la scène. L’homme a également contesté l’intervention de qui que ce soit dans les faits et avoir voulu renverser quelqu’un. Hedi Chabar qui ne s’est pas présenté à l’audience du tribunal était également poursuivi pour avoir commis d’autres scènes de coups sur la dame, notamment peu après son accouchement. Le tribunal a tenu compte de la gravité et de la violence des faits qui auraient pu avoir des conséquences dramatiques. La juge a également souligné son absence d’antécédents en Belgique, contrairement en France où il a déjà été condamné pour avoir commis des coups. Le tribunal a accordé 2 500 euros à son ancienne compagne et ordonné une expertise médicale car elle garde des séquelles à la suite des faits.