Lors de la séance mensuelle du conseil provincial qui a lieu ce jeudi, le sort des services d'accrochage scolaire a été abordé.

Et ce par le biais d'une question d'actualité, laquelle a été posée par le chef de groupe du PTB Rafik Rassaa.

Ce dernier a fait référence à une diminution du personnel et au risque de disparition de plusieurs antennes dont celle de Waremme.

La situation de ces services dont l'ASBL Compas Format a fait réagir les travailleurs qui ont d'ailleurs mené une action.

En outre, une pétition a été lancée il y a peu et elle a déjà récolté plusieurs centaines de signatures.

Le conseiller de l'opposition a dit son incompréhension par rapport à la décision prise par la Province à cet égard.

"La Province est allée au-delà de la convention"

Dans sa réponse, la députée Muriel Brodure-Willain (PS) a évoqué la réforme des provinces.

"La Région nous impose de faire des économies et la volonté est de préserver le personnel provincial".

Concernant les services concernés, il s'agit en l'espèce des ASBL Rebonds, Aux Sources et Compas Format.

Jusqu'à présent, une subvention forfaitaire de 10 000 euros leur était octroyée.

En termes de personnel, deux équivalents temps plein étaient aussi mis à leur disposition.

"La Province est allée au-delà de la convention", a souligné la députée.

Et de dire sa volonté de revenir à ce qui était prévu, et ce sans perte d'emploi sèche.
Si elle a dit sa préoccupation pour cette matière, sa réponse n'a pas convaincu le PTB.