Ce mercredi, le tribunal correctionnel de Liège a rendu un jugement dans lequel il ordonne une expertise médicale d’un jeune étudiant qui aurait été victime de coups et blessures, de non assistance à personne en danger, mais aussi de traitements inhumains lors d’une arrestation par la police. 

Lors d’une précédente audience, le parquet avait requis 18 mois de prison et une interdiction de 5 ans d’exercer toute fonction publique à l’encontre de deux policiers liégeois et ne s’était pas opposé à la suspension du prononcé pour trois autres. Ces inspecteurs ont participé à des degrés divers à une arrestation musclée. Un jeune étudiant interpellé a notamment reçu une trentaine de coups de matraque. 

 Dans la nuit du 17 juillet 2016, Nathanael, un étudiant au conservatoire se trouvait dans la rue avec des amis. Les jeunes consommaient des canettes de bière, ce qui est interdit à Liège. La police a demandé aux jeunes de vider leurs canettes, ce que ces derniers ont fait. Nathanael s’est ensuite dirigé vers un café en gardant une canette dans sa poche. 

 Dans le café, deux policiers l’ont arrêté. Il a été maitrisé au sol et selon ses déclarations, les inspecteurs auraient refusé de lui expliquer les raisons de son arrestation. Il a tenté de s’enfuir du local. On lui a demandé d’enlever son pantalon, il a refusé. Un policier l’a alors aspergé de spray lacrymogène. Deux policiers lui ont porté des coups de pied, de poing et une trentaine de coups de matraque. 

 Le tribunal a décidé de désigner un médecin légiste pour déterminer des séquelles que le jeune homme subirait à la main et des séquelles psychologique. Le professeur Boxho a été désigné. Le tribunal se penchera à nouveau sur l’affaire le 10 novembre prochain.