Malgré les engagements ambitieux de la Ville, certains estiment que cela ne va pas assez vite

Ce samedi 13 juin à 11h, une centaine de cyclistes sont venus soutenir l'action "cycloyenne", dans le centre de Liège... En effet, sur près de 300 mètres, des logos "vélo + chevron" ont été peints sur la piste cyclable le long du boulevard Frère-Orban.

"Cette action symbolique visait à dénoncer le retard et le manque d’ambition de Liège en termes d’aménagements cyclables, notamment dans le cadre du Covid-19", indiquent les cyclistes militants. "Nous réclamons des infrastructures clairement identifiables (code couleur et logos au sol), sécurisées (séparées des piétons, bus et voitures) et utilitaires (connectées à l’habitat, aux commerces et bureaux)". Et d'indiquer que d'autres actions "plus ambitieuses" seront programmées si la situation n’évolue pas sur le terrain dans les prochaines semaines.

Alors, Liège, un vélo de retard ? Ce ne sont pas les engagements qui grippent les cyclistes engagés mais plutôt la vitesse avec laquelle Liège franchit cette étape... Pour rappel en effet, début mai, ce sont 35 kilomètres de voiries qui étaient identifiées comme potentiellement dédiées aux vélos. Une task force mobilité a été mise en place et, déjà, 28 rues ont été reconfigurées pour devenir des "voiries cyclables", où le vélo est maître de l'espace. Des axes structurants ont par ailleurs été identifiés pour créer des itinéraires cyclables sécurisés, à divers endroits de la Ville.

"Mais plus d’un mois après cette annonce, alors que le déconfinement s’étend rapidement et que les embouteillages sont redevenus quotidiens, aucune mesure n’a encore été appliquée. Les informations en provenance des pouvoirs publics annoncent désormais des projets pour « début septembre », et la forme retenue pour ces aménagements cyclables s’annonce déjà dérisoire, lacunaire et inadéquate", jugent les cyclistes militants.