La situation dans les hôpitaux devient de plus en plus tendue pour le personnel qui voit, chaque jour, ses conditions de travail se dégrader.

"La détresse est palpable, les travailleurs n’en peuvent plus. Chaque jour, nous sommes contactés par des collègues à bout de force", indique la délégation CNE du CHC. "Les gens se demandent où sont les renforts promis, où sont les primes promises, à quand une reconnaissance des métiers de soins comme métiers pénibles ? Ce gouvernement doit répondre à nos demandes, et de toute urgence, c’est vital !"

Du coup, la CNE lance un appel au nouveau gouvernement : il doit absolument débloquer au plus vite des moyens pour renforcer immédiatement l’encadrement dans les hôpitaux. Une enveloppe d’1,2 milliard pour le secteur est prévu dans l’accord gouvernemental : il faut l’utiliser.

"Nous demandons aux autorités et aux employeurs de transformer en actes les promesses si souvent tenues lors de la première vague. Sans cela, la démotivation aura raison de notre santé ! » s’exclament les délégués CNE.

Ce jeudi, entre 13 et 14 heures, à l’appel de la CNE, les travailleurs du CHC manifesteront leur ras-le-bol devant l’entrée principale du MontLégia à Liège.