Liège Le groupe Aywaille Demain propose une motion pour le maintien de l’offre mais…

Ce n’est pas la première fois qu’une menace pèse sur ces "petites" lignes ferroviaires… La région de l’Ourthe-Amblève est concernée. Pour rappel en effet, Infrabel tirait voici quelques semaines la sonnette d’alarme, en évoquant cette nécessité d’investir 82 millions d’euros par an afin de préserver l’ensemble du réseau, sans quoi de nombreuses "petites" lignes disparaîtront. En région liégeoise, les lignes 44 (Pepinster-Spa), 42 (Liège-Gouvy) et 43 (Liège-Hamoir) sont sur la liste noire. Raison pour laquelle plusieurs communes se sont déjà mobilisées.

Mais à Aywaille, il semble compliqué d’obtenir une majorité sur cette question, bien que tout le monde s’accorde sur l’importance de maintenir la ligne 42 (lire ci-contre).

Ce mardi soir, le groupe Aywaille Demain introduisait une motion visant au maintien de l’offre SNCB… "Nous demandons en effet à la commune de s’opposer fermement à toute fermeture de ligne sur le réseau ferroviaire", explique Mélanie Leponce, conseillère Aywaille Demain, "en rappelant qu’une offre ferroviaire en zone rurale ne pourra jamais rencontrer tous les objectifs de rentabilité qu’un CA pourra se fixer". Pour l’élue en effet, cette ligne 42 constitue une réponse locale concrète aux problèmes climatiques et environnementaux rencontrés aujourd’hui.

Mélanie Leponce le reconnaît toutefois, "nous avons déjà voté une motion de ce genre mais cette fois, c’est différent car cela ne concerne pas que l’offre de service. C’est l’infrastructure en elle-même qui est en péril. Sans investissement, la ligne risque tout simplement de ne plus être exploitable".

Ce qui laisserait sur le quai quelque 1 260 voyageurs par semaine, selon les chiffres évoqués par l’association Navetteurs.be. "La gare d’Aywaille, c’est en moyenne 223 voyageurs par jour en semaine."

Thierry Carpentier Bourgmestre d’Aywaille

"Une motion contre- productive"

"Nous sommes très attentifs à la situation de la ligne 42, mais il ne nous semble pas opportun de représenter une motion à ce stade… Ce serait contre-productif, car des éléments rassurants ont été apportés. Dans le plan de transport présenté récemment, on parlait plutôt de doubler l’offre sur la ligne. Les ministres Bellot et Di Antonio ont assuré qu’un accord prévoit le maintien de l’intégralité du réseau. Par ailleurs, il y a un verrou légal pour éviter qu’Infrabel ferme une ligne sans négociation et un accord avec la SNCB. Enfin, des investissements ont récemment été réalisés sur cette ligne, après Remouchamps, pour augmenter la vitesse des trains."