Forensic ! Un nom qui ne dit rien à personne mais qui à Liège, en fait trembler plus d’un ! C’est en effet le nom de la mission d’audit de la société Deloitte chargée par la nouvelle direction de Nethys de surveiller les flux financiers dans les sociétés ou l’entreprise liégeoise est actionnaire.

Cette fois c’est à Liege Airport que l’auditeur a donc mis au jour des “irrégularités” dans la comptabilité et dans des contrats signés par le CEO de Liege Aiport, Luc Partoune. En synthétisant, on reproche au patron de l’aéroport de s’être lié à une société de consultance, déboursant environ 60.000 euros pour des travaux (lesquels ?) qui n’auraient pas été effectués. Cette société JCP Conseil, est gérée par Jean-Claude Phlypo, l’ancien patron de la Société régionale wallonne de transport public et ex-échevin socialiste à Blegny. En outre la société aurait obtenu c contrat sans aucun appel d’offres.

Et ce n’est pas tout puisqu’outre cette “faveur” à JCP Conseil, Luc Partoune est également accablé dans le rapport pour d’autres pratiques plus personnelles. Il lui est ainsi reproché d’avoir bénéficié de somptueuses notes de frais et ce, sans justificatifs. L’audit parle ainsi d’un total de 126 000 euros sur trois ans.

Ces notes de frais auraient été validées verbalement par le Président du CA, José Happart qui, toujours selon l’audit rendait également des notes de frais validées par… Luc Partoune.

On lui reproche enfin d’avoir fait en sorte que l’aéroport lui mette à disposition une voiture d’une valeur de 90 000 euros HTVA, là où la “car policy” prévoit un achat de maximum 75 000 euros.

Dans la nuit de mardi à mercredi, l’aéroport liégeois publiait un communiqué au nom du Conseil d’Administration indiquant que le CA de Liege Airport avait décidé de se séparer du Directeur Général avec effet immédiat.

“Frédéric Jacquet, Directeur Général adjoint, a été désigné en tant que Directeur Général ad interim. Une procédure de recrutement sera rapidement lancée afin de doter l’aéroport d’un Directeur Général de plein exercice dans les prochains mois”.

Selon les membres du Conseil d’Administration, “le plus important est de maintenir la confiance de l’ensemble des collaborateurs et partenaires, qui font l’aéroport d’aujourd’hui et qui croient en l’aéroport de demain. Les défis sociaux, économiques, environnementaux qui nous attendent sont extrêmement importants et doivent mobiliser toutes les énergies”.