Le procureur du Roi de Liège, Philippe Dulieu, vient de demander au bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, d’adopter un règlement communal interdisant la vente de protoxyde d’azote aux mineurs d’âge.

En effet, la Belgique se trouve actuellement dans un vide temporaire dans son arsenal pénal. "Votre zone de police est confrontée à la problématique grandissante de consommation excessive de gaz hilarant chez les mineurs", indique Philippe Dulieu. "Le protoxyde d’azote est légal et est utilisé de longue date dans les milieux médicaux (pour ses propriétés anesthésiques et analgésiques), ainsi que dans l’industrie agroalimentaire (les siphons en pâtisserie)."

Ce produit est tout à fait accessible à petit prix. Les utilisateurs l’inhalent à travers un ballon pour ressentir un effet euphorisant. Le problème, c’est que certains usent de ce gaz avant de conduire.

Le 4 février dernier, la Chambre a approuvé une proposition de loi modifiant la loi du 24 janvier 1977 relative à la protection des consommateurs en ce qui concerne les denrées alimentaires et les autres produits, visant à interdire la vente de cartouches métalliques de protoxyde d’azote aux mineurs de moins de 18 ans.

Mais l’entrée en vigueur de ce texte n’est prévue qu’un an après sa publication ! Malheureusement, les autorités se trouvent de plus en plus confrontées à ce problème. Elles souhaitent interpeller le bourgmestre et les communes de la zone Secova. "À la suite d’une enquête publiée le mois dernier par l’Institut Vias, un jeune conducteur sur sept, âgé de 18 à 34 ans, consomme mensuellement du protoxyde d’azote avant de prendre le volant", précise le procureur du Roi.

Déjà en Hainaut

Selon le procureur du Roi, le 27 janvier 2021, la zone de police Secova a constaté la vente par un majeur d’une bouteille de ce gaz à un mineur. Ce même suspect avait déjà été intercepté quelques jours auparavant avec 15 bouteilles de protoxyde d’azote dans sa voiture.

La dernière saisie administrative à Liège est de 2 500 capsules dans un bar à chicha. Une commune de la province du Hainaut a déjà pris ce type de mesure pour tenter de contrer le phénomène.