Lundi matin, une quarantaine de travailleurs de la société Intégrale ont manifesté, en front commun syndical, devant l’actionnaire principal de cet assureur liégeois : Nethys…

En cause les difficultés financières de l’assureur qui pourraient déboucher sur la liquidation de l’entreprise avant la fin de l’année. "Nous avons plusieurs fois demandé la recapitalisation de l’Intégrale par ses actionnaires et nous nous sommes toujours heurtés à un refus", regrette Raymond Vrijdaghs, permanent CNE-Liège. Et de pointer la responsabilité de Nethys qui détient 71 % des actions de l’Intégrale.

En outre, les syndicats n’ont pas compris l’attitude des représentants de Nethys lors du dernier conseil d’administration. "Ils ont voté contre une offre de reprise par un fonds d’investissement anglais. Nous sommes donc ici pour demander à Nethys quelles sont ses intentions et exiger que ses représentants examinent correctement cette proposition anglaise".

Et de fait, si les représentants de Nethys ont voté contre cette proposition, cette dernière a toutefois survécu à ce vote négatif, le CA décidant de l’examiner et ce, grâce à la voix prépondérante du président du CA.

Banque Nationale

"Le choix est finalement très restreint : À l’heure actuelle, soit Nethys et les autres actionnaires cèdent leurs actions à ce fonds anglais, soit ce sera la liquidation de l’entreprise et 150 pertes d’emplois." Ajoutons toutefois que la perspective de voir l’Intégrale tomber dans le giron de River Rock Capital Partners ne réjouit personne, le fonds anglais étant réputé pour redresser (à quel prix ?) des sociétés en difficulté pour les revendre ensuite et faire, au passage, un bénéfice…

On n’en est pas encore là. Ce mardi, la Banque Nationale devra se prononcer sur la légalité de cette cession d’actions. À la mi-novembre, un CA de l’Intégrale se réunira et devra décider de l’option qui sera prise, avant que l’assemblée générale des actionnaires décide, début décembre. "Sur la table", grimace Raymond Vrijdaghs, "ce sera le transfert des actions ou la liquidation…"