Le combat continue pour sauver le manoir, sis avenue des Thermes, à Chaudfontaine. A l'abandon depuis une quinzaine d'années, le collège a octroyé le permis à un privé pour sa démolition et construction de 28 appartements répartis en deux immeubles de deux étages. Une décision à laquelle s'opposent des riverains qui souhaitent préserver ce bâtiment construit dès le XVIIe jusqu’au début du XXe siècle, témoin de la belle époque de la cité thermale.

Soutenus par l'ASBL de défense du patrimoine Communauté Historia, cette dernière avait obtenu l’autorisation de réaliser un inventaire photographique et l’évacuation de certains éléments a valeur patrimoniale.

Après une étude patrimoniale du bâti, l’ASBL a jugé utile de protéger le manoir, "le plus vieux bâtiment de Chaudfontaine".

Comme déjà annoncé par nos soins début mai, les riverains épaulés par l’ASBL ont décidé d’introduire un recours au conseil d’État pour attaquer le permis délivré par la commune. Un recours qu'ils confirment et justifient dans un communiqué envoyé ce lundi.

Pas d'instabilité

"Bien que le manoir reste un ouvrage hétéroclite, il a été démontré par plusieurs spécialistes que le bâtiment comportait notamment une charpente et plusieurs façade du XVIs à haute valeur historique pour la commune. L’état des lieux réalisé sur place conclut sur le fait que, malgré que le bâtiment présente quelques problèmes, en aucun cas sa stabilité n’est mise en cause, exprime Virgil Declercq, président de la Communauté Historia. Considérant le collège est le garant de l'intérêt général, il nous semble inadmissible que ce dernier ait ignoré le fait que le bâtiment était repris à l’inventaire du patrimoine. Le collège aurait du, par conformité, étudier l’aménagement des lieux conformément à l’article D.I.1. du Codt. Nous déplorons également que la commune se cache derrière l’argument de propriété privée alors qu’elle était totalement en droit de refuser la demande de permis. Considérant la zone Natura 2000 situé en partie sur la propriété, Considérant la violation de plusieurs article D.I.1, D.IV. 14, D.IV.15,…du Codt, Considérant les informations falacieuses proférées contre l’ASBL pour tenter de discréditer l’action en justice, Nous avons pris la décision de prendre toutes les démarches nécessaire pour maintenir l’enveloppe du manoir existant".

L'association se dit cependant ouverte "à un projet respectueux qui prend en compte le cadre naturel et patrimonial".