Depuis septembre 2019, Maxime Pans se bat pour retrouver la santé. Ce jour-là, le policier liégeois avait été blessé d’une balle en pleine tête alors qu’il effectuait, avec son collègue, un contrôle de routine. Son assaillant avait été abattu.

“Cela fait maintenant neuf mois que Maxime est hébergé dans la Maison de Repos et de Soins la Célinie, à Crisnée”, explique sa famille.

© dr

“Neuf mois que, tous les jours, Maxime se bat pour conserver le maximum d’autonomie avec l’aide de l’équipe médicale de la MRS (kinésithérapeutes, logopèdes, ergothérapeutes, infirmières, psychologues…)”.

Aujourd’hui, Maxime se fatigue toujours très vite et ne peut se mouvoir dans son fauteuil électrique que 2 à 3 heures par jour. “Il apprend à vivre avec une mobilité limitée à son seul bras droit et une expression orale compliquée”.

Les journées ne sont donc pas toutes faciles mais Maxime garde un moral impressionnant tandis qu’on essaie autour de lui de trouver les petits trucs et astuces qui peuvent améliorer son quotidien.

“Tantôt il s’agit de stores qu’il peut actionner avec sa tablette ou encore d’un lit plus confortable compatible avec les longs moments que Maxime passe couché”.

“Maxime reçoit encore fréquemment la visite de collègues de la Police. Ces contacts lui procurent beaucoup de plaisir et de sérénité dans des échanges qui lui font dire que policier reste le plus beau métier du monde”.

Son meilleur souvenir de ces derniers mois reste certainement la réception organisée par ses amis et collègues et qui l’a vu pour la première fois revenir à l’Hôtel de Police le 28 janvier dernier. Les visites hebdomadaires de ses trois enfants constituent son autre rayon de soleil.

“Pour le futur, au-delà d’une stabilisation de l’état de Maxime, il reste toujours l’espoir que la médecine fera les progrès nécessaires à une évolution positive.”