L'appel formulé par le parquet de Liège est la démonstration de son acharnement à l'égard d'Alain Mathot, a indiqué vendredi matin son avocat, Me Jean-Philippe Mayence. Le conseil d'Alain Mathot se dit "sidéré" par les modalités de la procédure initiée quelques heures à peine après la décision d'acquittement de l'ex-député et ex-bourgmestre de Seraing. Le tribunal correctionnel de Liège a acquitté jeudi matin Alain Mathot de tous les faits de corruption, de faux, de blanchiment, d'abus de biens sociaux et d'infractions aux enchères publiques dans le cadre de la construction d'un incinérateur de déchets à Herstal.

Quelques heures à peine après cette décision, le parquet de Liège décidait de faire appel du jugement d'acquittement. Une procédure logique mais qui interpelle l'avocat d'Alain Mathot par son immédiateté.

"Je suis sidéré par la position du ministère public. Non pas par le fait de l'appel mais par les modalités de cet appel. C'est incroyablement démonstratif de la volonté d'acharnement à l'égard d'Alain Mathot. Dans un tel cas de figure, avant même de prendre la décision de faire appel, il faut prendre connaissance de l'entièreté de la décision qui a été prononcée. Or, le tribunal n'a pas lu entièrement le jugement lors de l'audience. Nous n'avons pas encore reçu ce jugement. Avant même d'effectuer une analyse complète de la décision prononcée, le parquet a donc pris la décision de faire appel. Cela confirme une réelle volonté d'acharnement ainsi qu'une attitude déraisonnable et excessive", indique Me Mayence.

L'avocat d'Alain Mathot précise que le jugement, dans la partie qui a été prononcée en public, est particulièrement bien motivé et que, lors des plaidoiries, le parquet n'avait pas souhaité répliquer à ses arguments.

"C'est comme si on voulait empêcher Alain Mathot de se réjouir de son acquittement. Ce genre de réaction immédiate est très inhabituel et participe à la démonstration de l'acharnement à l'égard de mon client", a ajouté Me Mayence.