C’est un coup de gueule bien compréhensible qui est poussé par Alain, un papa de quatre enfants domicilié à Bovenistier (Waremme). En moins de cinq jours, c’est la deuxième fois que plusieurs de ses enfants sont laissés sur le bord de la route par les bus du Tec alors qu’ils voulaient se rendre à l’école.

"Mercredi dernier, mes enfants étaient à l’arrêt de bus pour se rendre dans leurs écoles respectives à Waremme. Lorsque le bus de la ligne 245 est arrivé à 7 h 52, personne n’a pu monter dedans parce qu’il était complet. Ce n’était pas encore trop grave puisqu’un autre suit deux minutes plus tard. Mais s’il s’est arrêté, une seule personne a pu y monter, mes enfants étant refusés parce que bus était complet."

Si cela peut arriver, bien que cela soit anormal, il ne faut évidemment pas que cette situation se reproduise. Et pourtant… "Ce lundi, le premier bus s’est arrêté et deux de mes enfants ont pu monter. Quant au second, il ne s’est même pas arrêté, affichant complet sur son écran ! C’est inadmissible ! C’est la seconde fois que cela arrive en moins d’une semaine. Je n’ai pas de voiture et je ne peux donc pas les conduire. Ce lundi, mes enfants sont revenus à la maison et ont enfourché leur vélo pour aller à la gare SNCB de Bleret et prendre le train de 9 h 03. Ils sont arrivés très en retard à l’école et ont déjà manqué des tas de cours à cause du Tec."

À la direction wallonne du transporteur, on affirme être conscient de ce genre de problèmes et faire le maximum pour les résoudre au plus vite.