On en sait un peu plus dans le dossier concernant l’assassinat d’Ahlam Younan cette jeune Liégeoise de 28 ans, retrouvée sans vie, le 3 janvier dernier, à son domicile de la rue de la Cathédrale. La jeune femme avait été ligotée et gisait au pied de son lit avant d’être abattue d’une balle en pleine tête. L’arme du crime a été retrouvée à côté d’elle. La jeune portait également des traces de strangulation, même si l’autopsie a révélé que ces dernières n’étaient pas mortelles.

Aucune interpellation n’a encore eu lieu et ce, même si les enquêteurs travaillent sur plusieurs pistes.

L’une de celles-ci a trait au crime d’honneur, œuvre d’une personne qui ne supportait pas la manière de vivre d’Ahlam.

Rappelons que la jeune femme d’origine syrienne est arrivée en Belgique voici 6 ans et entendait vivre à l’européenne. Elle travaillait comme serveuse dans un café du centre-ville et c’est d’ailleurs là qu’Ahlam a été vue pour la dernière, le 31 décembre dernier.

Depuis plus de deux mois, elle hébergeait un de ses frères qui, depuis la découverte du corps sans vie d’Ahlam est… introuvable. D’après Fadia, la sœur de la victime et plusieurs autres témoins, ce frère, un homme âgé de 36 ans, ne supportait pas la manière de vivre d’Ahlam, pas plus que celui de son autre sœur Fadia.

C’est d’ailleurs parce que Fadia était inquiète de ne pas avoir de nouvelle de sa sœur qu’elle avait appelé la police. Vu le contexte, les policiers s’étaient immédiatement rendus au domicile de la jeune femme.

“Il avait menacé ma sœur juste avant ce qui s’est passé”, avait répété Fadia aux enquêteurs. “Je ne pensais pas que c’était à ce point-là. mais à ses yeux, nous étions des putes”.

Suite à la disparition du frère, la police belge a lancé un mandat d’arrêt européen à son encontre.