Liège

Cette possibilité sera débattue lundi au conseil communal


LIEGE Le député wallon et conseiller communal liégeois Michel de Lamotte (cdH) a indiqué qu'il interpellerait le conseil communal, lundi soir en demandant à la Cité ardente de se porter à l'accueil de Mini-Europe.
"La relance de Liège passe par le tourisme et la culture. Pourquoi ne pas essayer d'obtenir que Mini-Europe s'installe à Coronmeuse? ", a indiqué M. de Lamotte.

Liège ne dispose d'aucun parc de loisirs, alors que la direction de Mini-Europe - qui rassemble quelque 350 monuments et animations miniatures - a annoncé le 5 mars que le parc serait démantelé d'ici au 31 décembre, tout comme le parc aquatique Océade, également situé sur le plateau du Heysel. "C'est donc l'occasion d'accueillir une attraction éducative et de développer un produit d'appel touristique. Le site attire 340.000 visiteurs par an", a ajouté M. de Lamotte.

Mini-Europe fermera ses portes le 31 août, faute de pouvoir y prolonger son bail d'exploitation. La société propriétaire du parc est à la recherche d'un nouveau lieu, certaines villes se sont déjà portées candidates. Selon le conseiller communal liégeois, le quartier de Coronmeuse, qui avait été choisi pour organiser Liège 2017, est en attente de reconversion et devrait être connecté au tram d'ici quelques années. Un projet d'éco-quartier y est à l'étude.

"Liège se trouve à la croisée des chemins, au cœur de l'Euregio. Accueillir Mini-Europe permettrait d'attirer de nombreux touristes tout en générant des rentrées financières et en créant de l'emploi", a fait valoir M. de Lamotte. La question sera débattue lundi soir au conseil communal.

"Une trentaine de villes prêtes à accueillir le parc Mini-Europe"


Une trentaine de villes seraient prêtes à accueillir le parc Mini-Europe, selon sa direction. Le site actuel fermera ses portes le 31 août, la Ville de Bruxelles ayant annoncé qu'elle ne prolongeait pas le bail d'exploitation de l'infrastructure. "Nous recevons des demandes d'un peu partout", indique Thierry Meeus, administrateur délégué de Mini-Europe. "Nous en avons reçu une trentaine, environ la moitié de villes de Belgique, essentiellement de Flandre, et l'autre moitié de l'étranger."

Des villes de Grèce, Russie, Ukraine ou encore d'Azerbaïdjan seraient ainsi intéressées par le rachat des 300 maquettes reproduisant 80 sites européens du parc de loisirs. La Ville de Liège débattra notamment de la possibilité de se porter candidate lors du conseil communal de lundi soir, à la suite d'une interpellation du conseiller cdH Michel de Lamotte. "Un premier contact a été pris avec les autorités liégeoises, nous devrions les rencontrer dans les prochains jours pour voir ce qu'elles nous proposent", précise Thierry Meeus.

La direction de Mini-Europe devra prendre une décision rapidement, puisqu'elle devra quitter le site du Heysel, à Bruxelles, pour le 31 décembre. "L'important est de trouver un endroit avec une base touristique existante pour faciliter l'intégration du parc", insiste l'administrateur délégué. Deux options sont possibles : la vente des monuments à un autre exploitant, ce qui pourrait être le cas si le parc partait à l'étranger, ou le maintien de l'infrastructure dans un rayon proche de son implantation actuelle afin de préserver les emplois.

Mini-Europe compte une cinquantaine de travailleurs représentant une trentaine d'équivalents temps plein. 340.000 personnes visitent le site chaque année.

© La Dernière Heure 2013