Ce samedi midi, Redfox, le mouvement de jeunes du PTB, a organisé, dans le respect des mesures sanitaires, un rassemblement place Saint-Lambert, à Liège, pour sensibiliser les pouvoirs publics sur la détresse d’une partie de la jeunesse face à la crise liée au Covid.

Pour lancer ce cri d’appel, l’action a été symbolisée par 200 réveils en carton avec un message clair : il est temps d’agir. Cette action était conjointement organisée dans six villes du pays, au même moment.

En Cité ardente, Florine Baar, responsable finale de Redfox Liège, souhaitait à l’occasion de cette action tirer la sonnette d’alarme. "Face à la crise actuelle, la dépression gagne du terrain chez les jeunes. Il est temps de proposer des alternatives, tant en matière de sport, de culture, d’école… Les pouvoirs publics doivent prendre le bien-être et la santé mentale des jeunes en considération. Et des mesures sont possibles : séances de psy gratuites, wi-fi accessible à tous pour éviter le décrochage scolaire… La jeunesse est la grande oubliée de la crise", explique-t-elle.

Aller à l’école la boule au ventre

Des jeunes femmes présentes ce samedi sur la place Saint-Lambert ont par ailleurs fait part de leur mal-être actuel. "En ce moment, ça ne va pas du tout, c’est compliqué d’aller à l’école, j’ai des crises d’angoisse", témoigne Yousra, 18 ans, "j’ai une boule dans le ventre en me rendant à l’école, j’ai des difficultés à dormir…"

Fatima, 18 ans également, souffre quant à elle "d’un manque de sens" dans sa vie actuelle. "Je n’ai plus de loisirs, on vit au jour le jour, même nos professeurs sont perdus… À la rentrée, on était 22 en classe, on est désormais plus que 12, de nombreux camarades ont décroché… Je ne sais plus ce que j’aime, je ne sais pas si je vais pouvoir trouver un travail après l’école… Heureusement qu’on a un projet avec mes amies de Redfox pour venir en aide aux personnes dans le besoin. Je sais que le gouvernement fait déjà beaucoup de choses, mais ce n’est pas assez. Nous les jeunes on se sent oubliés".