Un rassemblement pour dire "stop aux viols et non-dits" s’est tenu samedi après-midi à Liège, sur l’esplanade Saint-Léonard, avec plusieurs associations féministes, où une centaine de personnes étaient présentes entre 15 et 18 h.

Orlane Graindorge, une Liégeoise de 25 ans, a organisé l’événement après avoir subi un viol il y a deux ans. L’organisatrice a lancé un appel sur les réseaux sociaux le 6 février dernier en invitant les participants à venir crier leurs maux. Orlane a par la suite décidé de créer sa propre ASBL (Don’t cry, talk), afin d’aider les victimes d’agressions sexuelles. Une annonce suivie par un nouvel épisode de violence.

Le 9 mars, quatre hommes se sont introduits à son domicile, l’ont agressée au couteau (41 points de suture) et menacée dans le but d’empêcher la création de ce projet. La Liégeoise a alors annoncé son retrait du projet d’ASBL par précaution. Une décision sur laquelle elle est finalement revenue : "J’ai fondé l’ASBL avec une deuxième personne et je compte me battre. Les statuts sont pour l’instant révisés et les papiers seront bientôt envoyés au moniteur par mon avocat", explique-t-elle.

Rencontre mayorale

Le rassemblement de samedi avait donc pour but de réaffirmer sa volonté de soutenir toutes les victimes de viols. Une action soutenue par plusieurs collectifs : La Piraterie-Masse Critique Féministe et Queer, Les Femmes prévoyantes socialistes, Le Gluegang Liège, Vie Féminine, Et ta Sœur ?, Collectif contre les violences familiales et l’exclusion, La tête haute ou encore L-Slam.

Les membres entendaient rappeler leur colère et leur détermination en étant aux côtés de la Liégeoise. Des t-shirts, des visuels, des œuvres d’artistes locaux ainsi qu’une urne étaient également proposés sur l’esplanade Saint-Léonard. Enfin, une cagnotte en ligne est en outre accessible afin de soutenir Orlane suite à sa récente agression au couteau.

Un événement qui a rassemblé un nombre conséquent de participants, dont certains ont pris la parole pour témoigner, et qui pousse Orlane à continuer la lutte. Elle a d’ailleurs rencontré le bourgmestre de Liège Willy Demeyer pour parler de son projet d’ASBL : "Le bourgmestre a montré son soutien et m’a encouragée à venir le revoir pour tout mettre en place" a expliqué la jeune femme.