Les policiers sont rationnés en gel hydroalcoolique et en produits désinfectants

En cette période de confinement, aux côtés du personnel médical, les policiers sont également aux premières loges. En effet, ils doivent continuer de travailler au contact de la population alors que le gouvernement a pris des mesures de confinement pour essayer d’éviter la propagation du Covid-19. 

Les policiers se sentent parfois impuissants face au manque de coopération d’une partie de la population. "C’est la catastrophe", indique un policier qui travaille à la police locale de Liège. 

"Il y a énormément de gens qui n’en ont rien à faire des mesures de confinement. Ils sont présents, en groupe, dans les parcs et sur les places. Il y a des jeunes et des moins jeunes." 

Certains ne veulent pas entendre que la propagation est un réel danger. "Il est très difficile de faire respecter quoi que ce soit. Il y a encore beaucoup trop de voitures en ville. Nous avons l’impression de brasser de l’air." 

De plus, les policiers sont également confrontés à la pénurie de certains produits bien nécessaires à l’exercice de leur profession. "Il y a bien trop peu de matériel fourni pour nous protéger", déplore-t-il. "Il y avait peu de stock et nous devons attendre que les commandes arrivent. Ainsi, le gel hydroalcoolique est rationné et compliqué à obtenir. Les masques sont rationnés par le service. Le désinfectant de surface est rationné. Il est d’ailleurs demandé d’éviter de les mettre pour éviter la panique sauf en cas de contact avec des personnes à risques." 

Un policier liégeois est atteint du Covid-19, mais selon les informations de notre source, son état serait en amélioration. "Il semble bien guérir. Il y a des malades un peu partout, pas spécialement du Covid-19 mais les mesures sont souvent préventives. Les personnes sont mises au repos par les médecins." 

Les policiers sont conscients d’être au devant de la scène et risquent d’être infectés. "Nous sommes en contact avec toutes les couches de la population donc, clairement des personnes à risques. Beaucoup de collègues sont peu rassurés, mais ils sont conscients qu’ils doivent faire leur job." 

Pour éviter une pénurie de policiers, des mesures ont été mises en place. "Nous avons un système de tournante. Nous avons des jours de repos forcés puis de travail. Il y a une rotation du personnel. Nous travaillons à effectif réduit mais nous nous concentrons sur les mesures Covid-19 et les urgences."