Liège

On réduit la largeur du canal Albert à Loën, un travail inutile ?

LOËN C’est pour une question de sécurité, dit-on, que ce chantier, discret mais toutefois vaste, a débuté sur les berges du canal Albert. Plus concrètement, c’est même dans le canal Albert que ce dernier a débuté puisqu’il s’agit de reboucher une partie du tronçon fluvial.

Si on comprend les motivations des travaux au sein de la population, on s’interroge néanmoins sur la gestion de la zone. Jean-Pierre Henquet, membre de Défendons nos villages , ASBL qui s’est fait connaître pour la lutte contre la construction de la 4e écluse à Lanaye, estime en effet que beaucoup de temps et d’argent ont été ici dépensés; souvent pour rien jugent les membres de l’ASBL.

L’exemple des travaux qui viennent de débuter près de Loën illustrerait à la perfection ce qu’ils dénoncent…

Sur place en effet, les travaux ont débuté depuis quelques semaines. Ceux-ci consistent à reboucher une partie du canal Albert, en rive gauche, à hauteur de l’usine CBR notamment. Raison invoquée : les murs de soutien fuient légèrement. Pour la sécurité du village de Loën et des installations toutes proches dès lors, il s’agit de combler une surface de 1.700 m de long et de 42 m de large, voilà qui ne passe pas inaperçu.

“Ce qui nous fait le plus râler dans tout cela, c’est qu’on nous ment régulièrement.” En effet, comme le confirme Alain Discart, “dans les années 1970, pour que le canal Albert soit en mesure d’accueillir des bateaux de 9.000 tonnes, des travaux d’agrandissement avaient été entrepris. Et à l’époque, il y avait eu des expropriations d’agriculteurs.”

Le long du mur, du côté de Loën, on distingue en effet des infiltrations mais, selon les villageois, elles sont constatées depuis toujours.

Pourquoi agir maintenant dès lors ? Actuellement, ce sont des gravats qui proviennent de l’usine CBR qui sont utilisés pour reboucher cette portion de la rive gauche du canal mais à terme, c’est ici que seront apportés toutes les terres et autres excavations du chantier de construction de la 4e écluse de Lanaye.

Pour les membres de Défendons nos villages , le chantier est perçu comme toutes les interventions ici, inutiles.

Pourquoi resserrer le canal alors qu’on prône, via l’écluse de Lanaye, un passage pour des bateaux de plus de 9.000 tonnes ? Ils continuent à s’interroger.



© La Dernière Heure 2012