Le Conseil communal s’est positionné ce mercredi sur la proposition du Collège communal visant à la mise en conformité de la piscine thermale de Chaudfontaine. Les travaux porteront également sur des réaménagements intérieurs et extérieurs de la piscine afin d’en améliorer l’ergonomie et le confort tout en boostant son attractivité touristique et commerciale.

Chaudfontaine présente la particularité de disposer de deux piscines communales. Il s’agit d’un héritage de la fusion des communes de 1977. Soit deux bassins pour 21 000 habitants. Construites dans les années ‘70, ils ne répondent plus aux exigences environnementales et énergétiques et représentent des dépenses importantes pour les finances communales.

Participation citoyenne

Si le bassin d’Embourg a pu être mis aux normes rapidement (travaux de moindre envergure), la piscine thermale de Chaudfontaine est quant à elle fermée depuis juillet 2018.

La Commune et la Régie communale autonome Chaudfontaine Développement (Centre sportif local), gestionnaire des deux piscines, ont souhaité mettre à profit cette période de fermeture pour explorer différentes pistes.

Celles-ci visaient à proposer à la fois une infrastructure adaptée aux besoins des écoles, des clubs et des nageurs individuels, mais également dont la gestion et le financement répondront de manière adéquate aux impératifs économiques.

Il en est ressorti que le coût d’investissement d’une nouvelle piscine était impayable. Du coup, la Commune a décidé d’assumer le redéploiement de la piscine qui se traduira par une rénovation. Celle-ci consiste en la mise en conformité, mais pas seulement !

En effet, une rénovation des abords (terrains de volley, parking…) et de l’infrastructure intérieure (performances énergétiques, accueil, douches, vestiaires…) vise à rendre la piscine plus ergonomique, confortable et conviviale. Le coût total est estimé à un maximum de 2,5 millions.

Dans le cadre du budget extraordinaire de 2021 qui sera proposé au conseil communal le 16 décembre, la Commune autorisera la RCA à emprunter le montant égal à la réalisation des travaux. Les procédures de marchés publics seront amorcées cette année.

Les options présentées par les entreprises candidates feront l’objet d’une démarche de participation citoyenne. À partir du début des travaux, il faudra compter deux ans pour profiter du bassin au cœur de la Vallée de la Vesdre.