Liège L’école S2J a lancé le système Premium, afin de renforcer l’entraide entre élèves.

C’était l’effervescence ce lundi en début d’après midi au sein du réfectoire du secondaire 1er degré au centre d’enseignement libre S2J, rue Sainte-Marguerite à Liège.

Les classes de première et de deuxième année, qui sont au nombre de 12, ont chacune présenté leur blason ainsi que leur devise pour cette année scolaire. "Sans racisme en 1 A, la générosité gagnera", ou "Le respect et l’amitié sont les clés du bonheur à l’école" faisaient ainsi partie des devises choisies par les 208 élèves qui participent à un tout nouveau projet éducatif appelé Premium.

Les éducateurs, les professeurs et la direction de l’école ont en effet instauré un système innovant, qui s’avère être en partie inspiré du modèle éducatif en vigueur au sein de Poudlard, l’école de magie de l’univers d’Harry Potter !

"Nous avons mis en place ce système cette année pour renforcer la cohésion de classe, souligne Carine Bologne, enseignante au sein de l’établissement scolaire, toutes les classes du 1er degré sont concernées, on a travaillé l’esprit d’équipe à travers un blason, une devise et diverses activités de classes. Chaque classe gagne ou perd des points chaque semaine en fonction du comportement de chacun et du groupe".

Concrètement, "tous les professeurs, mais également les éducateurs et les agents d’entretien s’ils le souhaitent, rendent une fois par semaine une cotation, allant de -5 à +5, pour chaque classe, indique Madame Schimmenti, éducatrice au sein du S2J, et le lundi, un récapitulatif des points est affiché, en sachant qu’il y a des récompenses à la clé pour les classes en tête du classement : pizza party, cinéma, diverses activités… et même un voyage scolaire à Walibi !"

Le projet, lancé au départ par l’équipe d’éducateurs de l’école, semble pour le moment convaincre tout le monde au sein de l’établissement scolaire. "Nous en avions marre de réprimer en permanence, nous avions envie de valoriser les comportements positifs, continue Madame Schimmenti, les élèves sont très réceptifs. Pour l’instant, ça fonctionne vraiment bien".