La proposition de résolution du PTB réclamant la mise en place d’une commission spéciale qui permettrait d’auditionner les "mains invisibles" dans la saga Nethys, a été rejetée, lundi après-midi, par les parlementaires de la commission Affaires intérieures de l’assemblée régionale.

"La justice instruit douze dossiers autour de Nethys. Elle ouvrira toutes les portes nécessaires et ira au fond des dossiers", a justifié, pour le PS, Mourad Sahli.

"Nous la soutenons dans ce travail de fond mais le Parlement ne doit pas être son antichambre et je ne vois pas quelle plus-value pourrait dès lors avoir une commission spéciale du Parlement".

"Les responsables de Nethys, d’Ogeo, d’Integrale, de Liege Airport ont été virés. Quel est l’impact du PTB sur ces étapes depuis la commission spéciale Publifin ? Zéro. Vous n’avez rien fait ", a souligné Olivier Bierin (Ecolo). "Aujourd’hui, c’est à la justice de travailler. Et s’il y a des mains invisibles dans ce dossier, elle interviendra. Une commission spéciale ne ferait que nuire à son travail", a-t-il ajouté.

"Le travail judiciaire est en cours. Faisons-lui confiance", a renchéri Jacqueline Galant (MR).

"Les partis traditionnels déclarent vouloir une nouvelle gouvernance mais rien ne change. Leur nouvelle gouvernance est déjà périmée", a de son côté réagi le chef de groupe du PTB, Germain Mugemangango, en rappelant que la démarche de son parti était dictée par une volonté de transparence. Le PTB souhaitait les auditions de Jean-Claude Marcourt, Daniel Bacquelaine et Pierre-Yves Jeholet.