Peut-être vous est-il déjà arrivé de vous présenter dans un parc à conteneurs pour y évacuer des déchets et de devoir repartir avec certains d’entre eux après avoir été refusés par le préposé… Les commentaires de ce genre ne sont pas rares sur Facebook… "Apparemment, on ne peut plus mettre dans les encombrants des affaires de petite taille comme des coussins ou le sac plastique de sel d’adoucisseur. Toutes sortes de choses qui ne sont pas spécialement lourdes mais encombrantes", déplorait un usager à la suite de son dernier passage dans un recyparc, ajoutant qu’il lui a été répondu que "ce qui rentre dans votre conteneur noir ne doit plus être mis au parc"…

Ce n’est ni vrai, ni faux… Selon la règle d’Intradel pour ses recyparcs, "ce n’est pas parce que quelque chose vous encombre que c’est un encombrant" ! Une règle qui n’est pas récente mais qui, dans les faits, semble être appliquée en fonction du contexte du jour sur place et des circonstances dans lesquelles "l’encombrant" est apporté…

Fluidité au sein du parc

Prenons l’exemple d’un bougeoir cassé, de petite taille et pas bien lourd. Le préposé pourrait très bien vous dire de le jeter dans le conteneur à déchets résiduels (noir). Idem pour un jouet cassé ou "des emballages Playmobil". "Bien sûr qu’ils vont dans le conteneur à la maison", précise le porte-parole d’Intradel. "La règle est que ce qui entre dans le conteneur à déchets résiduels y soit placé mais, bien sûr, l’objectif n’est pas d’accroître le poids de manière importante".

Bref, il y a donc encombrant et encombrant… "Il n’y a pas une obligation stricte et formelle de refuser un encombrant mais l’idée est de faire comprendre aux usagers qu’un recyparc sert à apporter des encombrants ayant réellement ce statut et que l’objectif est d’assurer la fluidité au sein du parc", conclut le porte-parole de l’intercommunale.