Comme l’a souligné Jean-Pierre Hupkens, échevin de la Culture à Liège, les nouvelles mesures annoncées vendredi matin par le comité de concertation ferment purement et simplement la porte au protocole validé par les autorités et qui permettait aux salles de spectacles liégeoises, moyennant le respect de mesures sanitaires, d’accueillir du public en laissant libre un siège sur deux entre chaque spectateur ou chaque bulle familiale. "Cela met les institutions culturelles dans une situation difficile, encore plus celles qui ont une jauge plus importante", relève-t-il.

Ainsi, à l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège (OPRL), par exemple, et selon le principe d’un siège sur deux, ce sont 550 places qui étaient disponibles par spectacle, voire un peu plus si des réservations s’effectuaient en "bulles". Une disposition qui n’est désormais plus d’application puisque les événements culturels en intérieur ne peuvent plus accueillir, depuis ce vendredi, qu’un maximum de 40 personnes, voire jusqu’à 200, moyennant le respect d’une distance de 1,5 m, pour les structures ayant bénéficié d’une dérogation et qui fonctionnaient sur base d’un protocole validé par les autorités.

À l’OPRL, trois concerts étaient à l’agenda ce vendredi et durant le week-end, soit "Chopin 2" et "Le dernier des hommes", pour lesquels plus de 200 places ont été vendues… Concerts qui ont donc été annulés.

"Nous n’avions pas la capacité matérielle de trouver une solution dans un délai aussi court", a-t-on précisé vendredi à l’OPRL. "Ces nouvelles mesures demandent une réorganisation de la salle et nous étudions les possibilités pour les concerts compris entre le 26 octobre et le 19 novembre".

L’OPRL précise que tous les détenteurs de places pour ces trois concerts seront remboursés.

Du côté du gouverneur f.f. de la province de Liège, on a pris l’habitude de réunir la cellule de crise provinciale à la suite de nouvelles mesures afin de les analyser et éventuellement envisager des dispositions applicables à l’ensemble des communes. Mais quoi qu’il en soit, "Madame le gouverneur f.f de la province de Liège peut prendre des mesures plus restrictives mais sûrement pas moins restrictives", a-t-on souligné à son cabinet.