C’est le souhait d’Infrabel, le jugeant dangereux... Une réunion est fixée.

Régulièrement, Infrabel, le gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire belge, mène des actions de sensibilisation et des campagnes en vue de faire prendre conscience de la dangerosité de franchir un passage à niveau, que l’on soit piéton ou conducteur, à l’approche d’un train. Et malgré cela, 38 accidents à des passages à niveau, dont neuf mortels, ont encore été recensés en 2018…

La politique de suppression de passages à niveau se poursuit mais cela prend du temps sachant qu’il est souvent question d’aménagements d’une certaine ampleur et relativement coûteux… C’est ainsi que le cas du passage à niveau de Chokier, déjà évoqué il y a plusieurs années, est remis sur le tapis.

À la mi-août , en effet, Infrabel a introduit une demande au service de l’urbanisme de la commune de Flémalle. S’agissant d’un dossier délicat dans le sens où la suppression de ce passage au cœur du petit village de Chokier aura des répercussions sur la vie et les habitudes des riverains, un contact a été établi avec Infrabel, selon la bourgmestre de Flémalle, afin qu’une réunion d’information soit organisée.

"Elle aura lieu le 24 septembre, à 18 h 30, à la Maison des jeunes de Chokier. Les riverains en seront informés et ce sera, pour eux, l’occasion de prendre connaissance du dossier et de poser des questions", précise Isabelle Simonis.

Ce passage à niveau est jugé dangereux en raison de plusieurs accidents graves. Le dernier décès en date remonte à janvier 2016. À l’époque, Infrabel avait classé le passage à niveau de Chokier dans le top 3 des sites les plus accidentogènes !

Selon Infrabel, la commune n’aurait pas donné suite aux sollicitations… Il faut dire que la suppression de ce passage impliquerait une réorganisation de la circulation, avec création d’une nouvelle voirie qui mènerait vers le quai du Halage, et cela ne semble pas du tout être du goût des riverains…