En ce mois de décembre, les commerces sont davantage fréquentés. C'est aussi la période de l'année où il fait noir beaucoup plus tôt... Une période dès lors plus propice à une recrudescence de certains faits de criminalité... Aussi, répondant à la demande de Comeos, la fédération belge du commerce et des services, la police fédérale de Liège a mis en place une action intégrée de sécurisation et de prévention des vols dans les commerces qui se déroule ce samedi aux quatre coins de la province de Liège puisque plusieurs zones de police locale sont impliquées. Ce sont ainsi huit zones de police de la province (Ans/Saint-Nicolas, Beyne/Fléron/Soumagne, Basse-Meuse, Grâce-Hollogne/Awans, Flémalle, Vesdre, Malmedy/Stavelot et Condroz) qui participent à cette action en collaboration avec les effectifs de la police fédérale des arrondissements de Liège et Eupen. Soit pas moins d'une septantaine de policiers mobilisés!

"En période de fin d'année, c'est un souhait de Comeos de renforcer la présence policière aux abords des moyennes et grandes surfaces. On y répond à travers des actions intégrées de ce type mais aussi dans le cadre du travail quotidien, y compris à l'égard des plus petits commerces", précise Christophe Cleeren, commissaire à la zone d'Ans/Saint-Nicolas.

Cela signifie-t-il que l'on observe une augmentation des faits à l'égard des commerces? Non et on peut même dire, d'ailleurs, que l'on entend de moins en moins parler d'attaques de commerces... Il est un fait, en effet, que les moyennes et grandes surfaces se sont toujours plus équipées de manière à lutter contre cette criminalité. "Il s'agit précisément de faire de la prévention. Voir la police circuler, cela rassure les commerçants mais aussi les clients qui peuvent se sentir en insécurité", souligne le commissaire Cleeren.

Concrètement, cette action intégrée va se dérouler jusqu'à 21 h de manière à couvrir la fermeture des commerces. Il est question de patrouilles mobiles, de patrouilles pédestres et, en certains endroits, de contrôles routiers. Et bien sûr, tout agissement suspect peut donner lieu à un contrôle.

Au-delà de la visibilité d'une telle action réunissant plusieurs corps de police pour un même objectif, cela permet également "d'avoir accès directement aux moyens spéciaux, comme l'hélicoptère, des maîtres-chiens ou encore des drones si une situation le justifie", relève Julie Reip, commissaire à la Direction de Coordination et d'Appui (DCA) de la police fédérale de Liège, qui coordonne l'action de ce jour.