Christophe Dessy a installé un mode de formation à la pointe de la modernité

ANGLEUR Ces dernières années, l’école des jeunes du Standard de Liège a connu de nombreux bouleversements avec les périodes plus ou moins longues de personnalités comme Dominique D’Onofrio, Jean-François de Sart, Michel Bruyninx et maintenant Christophe Dessy, qui effectue donc son retour.

L’ambition du club est aujourd’hui de s’installer dans une certaine durée avec ce dernier. Le projet est en tout cas lancé. “Mon rôle n’est pas de juger le travail du passé mais de construire l’avenir”, appuie d’emblée Christophe Dessy. “Durant les étapes de formation et de post-formation, j’ai tenu à intégrer d’anciens joueurs professionnels capables de partager leur vécu, mais aussi d’apporter un soutien technique aux jeunes joueurs pour corriger diverses erreurs techniques. Leur discours passe d’ailleurs à merveille et l’on sent une confiance importante s’installer entre nos joueurs et leurs éducateurs.”

Des entraîneurs spécifiques insistent d’ailleurs sur le bon geste à accomplir. “Outre l’apprentissage collectif, Patrick Van Kets organise des séances spéciales pour nos attaquants. Eric Deflandre apporte aussi tout son vécu à nos défenseurs. Carlos Rodriguez coordonne le travail de préparation physique. De nombreux grands cercles européens se concentrent également sur le travail des différents secteurs de jeu.”

Les Rouches ont longtemps dominé les divers championnats nationaux. Les résultats du début de saison semblent annoncer une plus grande adversité avec le retour, par exemple, du Club Bruges, qui n’hésite pas à venir faire son marché au sein de l’ensemble du Royaume. “Nous proposons un programme complet d’éducation, car à côté d’un travail sportif des plus pointus, nous ne négligeons nullement les résultats scolaires. Les parents sont informés en détail du contenu de notre programme et doivent y adhérer.”

En préparation, les jeunes Rouches ont vécu un stage de préparation à Bitburg, en Allemagne. “Il est essentiel également de se confronter à d’autres cultures de football en affrontant des formations comme le PSG, le PSV, Valence ou Sedan. Et nos jeunes se comportent plutôt bien...”



© La Dernière Heure 2012