A l’initiative du Ministre de l’Energie et du Climat, Philippe Henry (ECOLO), le Gouvernement de Wallonie avait lancé un appel à candidatures à destination des Villes et des communes, afin de les soutenir dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi des Plans d’Actions pour l’Energie Durable et le Climat (PAEDC).

Cet appel couvrait deux volets :

· D’une part, inciter les pouvoirs locaux à engager un(e) coordinateur(trice) en vue de piloter la réalisation, l’actualisation ou l’élaboration de ce plan d’actions, dans le cadre de leur engagement dans la Convention des Maires.

· D’autre part, un soutien à la réalisation d’investissements.

Les entités intéressées devaient rentrer leur dossier de candidature pour le 6 novembre dernier.

Cet appel a eu un succès considérable puisque pas moins de 181 communes et 11 structures supra-communales se voient donc attribuer des subsides (en grande majorité pour les deux volets), le budget global s’élevant à quelque 18 millions d’euros.

En région liégeoise, 14 communes seront donc subsidiées. Il s’agit des communes de Ans (108.600 euros), Aywaille (108.600 euros), Chaudfontaine (75.000 euros), Dalhem (72.400 euros), Esneux (33.600 euros), Flémalle (108.600 euros), Fléron (75.000 euros), Grâce-Hollogne (108.600 euros), Liège (267.200 euros), Neupré (72.400 euros), Oupeye (108.600 euros), Seraing (177.200 euros), Soumagne (108.600 euros), Visé (75.000 euros)

La Province de Liège recevra quant à elle 334.000 euros.

Pour celles ayant sollicité un soutien à l’investissement, l’administration a publié un guide des dépenses éligibles en décembre dernier. Les projets concrets devront être remis d’ici le 15 mars et seront évalués par l’administration pour la fin du mois d’avril, les marchés de sous-traitance devant être attribués en septembre de cette année.

Le guide des dépenses éligibles autorise, par exemple, des projets de rénovation exemplaire de logements communaux, des dispositifs de réduction de l’inconfort thermique des bâtiments tertiaires communaux et des logements communaux (ex. protections solaires et végétalisation des immeubles), des infrastructures de rechargement fast pour véhicules électriques et véhicules électriques partagés, des projets de plateforme de séchage, de stockage et de distribution de combustible biomasse, etc.

Un montant forfaitaire, couvrant 75% de l’investissement, a été octroyé aux communes et coordinateurs supra communaux sur base du critère du nombre d’habitants.

Pour l’engagement d’un coordinateur “climat” par les communes, le soutien financier correspond à 75% des coûts salariaux internes à la commune pour deux années de recrutement.

Les structures supra-communales wallonnes (Provinces, GAL, intercommunales…) qui souhaitent proposer un service d’accompagnement aux entités locales, bénéficient également d’un soutien financier correspondant à 75% du coût de l’expertise interne ou externe mise à disposition des communes (plafonné à 67.200 € lorsque le groupe de communes totalise moins de 50.000 habitants, et à 134.400 € pour plus 50.000 habitants).