Sur la Grand-Place des Trixhes, face à l’imposant immeuble qui domine la cité, et après deux ans de travaux, ce que fut la vaste étendue servant de parking accueille désormais 48 nouveaux logements. Si les déconstructions réalisées dans d’autres quartiers des Trixhes il y a quelques années ont plus ou moins équilibré le nombre de logements publics, on en dénombre à ce jour près de 2 100 sur le territoire flémallois.

"Ce qui représente plus de 15 % du total de logements sur la commune alors que la Région wallonne impose d’atteindre 10 % de logements publics sur le territoire communal", souligne Amir Hamidovic, président de la société d’habitations sociales La Maison des hommes.

Environnement et mobilité

Ce projet baptisé Quartier en transition, dont l’investissement s’est élevé à 8,3 millions a bénéficié de subsides de la Région wallonne de l’ordre de 5 millions. Sur ces 48 logements de deux chambres, 16 sont destinés à des personnes à mobilité réduite. Chaque immeuble dispose de panneaux solaires afin de réduire les consommations énergétiques.

Un projet qui, selon la bourgmestre de Flémalle, Isabelle Simonis, rencontre deux enjeux majeurs de notre époque, à savoir la préservation de l’environnement et la mobilité.

"La stratégie de développement du territoire que nous suivons, pour absorber la croissance démographique, préfère la densification des noyaux d’habitats à l’étalement urbain", a-t-elle souligné ce lundi lors de l’inauguration. De plus, "ce projet trace de nouveaux cheminements piétons à travers le quartier des Trixhes, constituant une véritable promotion pour la mobilité douce à l’intérieur même des zones résidentielles".

Le comité d’attribution ayant défini les futurs locataires, ces nouveaux logements devraient être occupés dès le 1er octobre.

Présent sur place pour cette inauguration, le ministre wallon du Logement, Pierre-Yves Dermagne, en a profité pour annoncer que ce sont plus de 500 logements sociaux du territoire flémallois qui bénéficieront d’ici 2024 d’une rénovation, notamment sur le plan énergétique, et ce, pour un montant de 20 millions d’euros.