Un nombre qui ne cessait de grimper. "La Vesdre est sortie de son lit et nous ne pouvons plus accéder à certaines zones avec des véhicules motorisés. Nous ne sommes pas bien équipés et l'armée est présente avec des camions. Aucun blessé n'est à déplorer", ont-ils précisé.

La situation ne semble pas prête de s'améliorer, alors que la commune de Chaudfontaine a évacué une partie de la population riveraine des lieux problématiques (Vaux-sous-Chèvremont et Chaudfontaine Source), soit 1.351 habitations et potentiellement 1.763 personnes. Mercredi soir, il était en outre impossible pour certaines personnes d'être secourues : "L'évacuation des zones sinistrées est très compliquée, car l'accès n'est plus possible. Il est donc demandé aux personnes de se réfugier aux étages de leur habitation et de bien rester chez elles à l'abri en attendant une décrue", a insisté le bourgmestre Daniel Bacquelaine.

Dans la commune de Trooz, la situation est aussi préoccupante. "La Vesdre est sortie de son lit et a envahi la chaussée. Les citoyens et ouvriers communaux se sont réfugiés aux étages. Nous n'avons pas le matériel adéquat pour évacuer la population et nous avons donc fait appel à l'armée. Leur venue est prévue vers 20h30 avec deux bateaux et plusieurs camions. Ils pourront donc accéder aux zones actuellement inaccessibles et pourront transporter ces centaines de personnes vers le centre installé à Beyne-Heusay", a expliqué le bourgmestre Fabien Beltran. D'autres communes comme Soumagne et Chênée sont également touchées de plein fouet.

Du côté de la zone de secours Hemeco, les hommes du feu sont débordés par les appels concernant des inondations à Clavier, Anthisnes ou encore Ferrières. Mercredi soir, plus d'une centaine d'interventions avaient déjà été réalisées. À Ferrières, une centaine de scouts présents au domaine de Palogne ont d'ailleurs été évacués.

Le bourgmestre faisant ¿fonction de Hamoir, Michel Legrois, se disait quant à lui inquiet pour les prochaines heures. "Nous avions des problèmes liés à des camps de jeunesse, mais tout a été réglé. En revanche, cela reste problématique dans le village de Comblain-la-Tour et avec la montée du ruisseau Boé ainsi que de l'Ourthe. La nuit risque d'être longue."