Luminus voit grand pour sa centrale Turbine Gaz Vapeur située le long de la Meuse sur le territoire sérésien.

Un projet, annoncé début 2020, qui permettrait, grâce à la construction d’une 2e unité de produire 870 MW… d’électricité et d’ainsi assurer la sortie du nucléaire en proposant des solutions alternatives en matière de production d’énergie.

Afin d’être en ordre de marche lorsque les enchères seront lancées en octobre 2021 dans le cadre du mécanisme de rémunération de capacité (CRM), Luminus a déjà sollicité son permis unique auprès des autorités. La décision est attendue début 2021.

Mais, pour alimenter cette nouvelle infrastructure, il faudra de l’électricité. Un surplus de 220 000 volts plus précisément que seul Elia, gestionnaire du réseau de transport d’électricité haute tension en Belgique, peut acheminer.

C’est pour cette raison qu’il a organisé mardi soir au centre culturel de Seraing une réunion d’information préalable à l’étude d’incidence sur l’environnement. Objectif : présenter le projet de liaison souterraine permettant de connecter la future centrale à son réseau via le poste électrique de Rimière.

"Le tracé d’un peu plus de 10 km prévoit un passage de 6,2 km par Seraing, 3,3 km sur le territoire de Neupré et 400 m sur celui de Flémalle. Il emprunte 80 % de route et 20 % de chemins boisés. Nous essayons toujours de nous caler sur les infrastructures existantes à savoir, pour ce projet, des routes mais aussi une conduite de la SWDE dans les bois de Seraing", explique Frédéric Bertrand, Community Relations Officer chez Elia.

Si le cheminement administratif de demande de permis se poursuit sans encombre et que Luminus remporte les enchères, les travaux pourront débuter en mars 2022. Ils dureront 18 mois et passeront entre autres par la Route du Condroz "mais le chantier s’intégrera au mieux avec le planning de la Région Wallonne afin de causer le moins de désagréments possible", assurent les différents intervenants.

J.Def.