Depuis le samedi 24 juillet dernier, la ville de Spa a officiellement intégré la liste du patrimoine mondial de l’Unesco grâce à l’aboutissement du dossier des Grandes Villes d’eaux d’Europe.

Mais à ce moment, toute la région était plongée dans l’effroi et le désarroi avec les inondations. Il n’était donc logiquement pas question de célébrer quoi que ce soit, ce qui était bien normal.

Désormais, près de deux mois après ces inondations, la Ville de Spa a tout de même souhaité marquer le coup, samedi ; avec, pour le grand public, la mise sur pied d’une exposition au pouhon Pierre-le-Grand. "Cette exposition se nomme Les Femmes et les bains, elle est visible jusqu’à la fin de l’année", détaille Isabelle Grégoire, la directrice de l’Office du tourisme de Spa. "Elle a été créée sur base de cette reconnaissance de la Ville par l’Unesco et de chacune des villes. Nous avons voulu mettre en avant les femmes, comme c’est le thème cette année. Ainsi, chaque ville est présentée ainsi que son patrimoine. Et pour chaque ville, nous avons choisi une femme représentative de l’endroit".

Par exemple, pour Spa, c’est la reine Marie-Henriette qui a été choisie. "Elle a vécu toute une partie de sa vie dans la ville, il y a la villa royale qui porte son nom et qui abrite le musée de la ville d’eaux. Sans oublier tous les investissements qui ont été réalisés à cette époque car Spa accueillait régulièrement la famille royale".

Outre l’inauguration de l’exposition, un mini-débat de 45 minutes était organisé au petit théâtre du centre culturel. Quelques invités étaient présents dans la salle où discours officiels et diverses présentations et débat ont été présentés et diffusés plus largement via les réseaux sociaux.

Un nouveau chapitre

Pour la bourgmestre de Spa, Sophie Delettre, cette cérémonie était l’occasion, à propos de cette reconnaissance de l’Unesco, "de fermer un premier chapitre et d’en ouvrir un nouveau, qui sera certainement aussi long mais différent. Ici, ce fut un moment festif mais désormais on repart pour une nouvelle aventure. Notamment au niveau du patrimoine matériel, immatériel ou encore naturel que l’on va développer".

L’image de la ville de Spa doit donc être bien plus visible dans sa communication globale. Mais aussi au niveau de la mise en valeur des bâtiments qui font la renommée spadoise. "Nous avons de grands chantiers qui sont en cours, avec les anciens thermes ou la galerie Léopold. L’an prochain, nous referons les jardins du casino pour donner davantage de place à l’eau". Et être ainsi toujours davantage dans la mise en valeur de cette reconnaissance mondiale.