Sur proposition de la ministre en charge du Développement durable, Céline Tellier (Ecolo), le Gouvernement wallon avait lancé en septembre dernier un appel à projets visant à soutenir une dizaine de dynamiques territoriales contribuant de manière durable à la relocalisation du système alimentaire wallon.

46 projets ont finalement été retenus pour un montant total de près de 11,7 millions d’euros. Ces projets sont variés, qu’il s’agisse de développer les circuits courts, une filière céréalière bio, une filière de légumes bio, la production d’huile de tournesol wallonne ou soutenir une ceinture alimentaire. Le soutien apporté prend la forme d’un financement annuel de maximum 100.000 euros par projet et par an durant trois ans.

Véritable engouement

L’appel à projets a mobilisé quatre fois plus d’acteurs qu’initialement espéré : ce sont au total 145 projets qui ont été déposés. Face à cet engouement, la ministre a mobilisé un budget complémentaire conséquent, comparativement aux 3 millions d’euros initialement prévus, afin de pouvoir financer une diversité de projets répartis sur tout le territoire wallon.

Parmi les projets issus de la province de Liège qui ont été retenus, citons notamment la Maison de l’alimentation durable inclusive à Liège, le Conseil de Politique Alimentaire de l’Arrondissement de Liège de la Ceinture Aliment-Terre Liégeoise (CATL), le Réseau Aliment-Terre de l’arrondissement de Verviers (RATaV), l’atelier de pain durable aux Moulins de Statte, la structuration de la filière fruiticole en hautes tiges dans le Pays de Herve via la création d’un centre de transformation de fruits pour l’Atelier Constant Berger, le développement d’un système complet de relocalisation alimentaire en Basse-Meuse par Basse-Meuse Développement, ou le développement d’une gouvernance démocratique et d’un système alimentaire durable pour le bassin de vie Meuse Condroz Hesbaye.