Liège

Plusieurs témoins ont évoqué, lundi, devant la cour d'assises de Liège, des faits d'extorsion qui auraient été commis par Alexandre Hart sur un sexagénaire. 

Valentin Vermeesch aurait permis ces faits de racket sur la victime qui souffrait de déficience mentale. Lors d'un de ses interrogatoires durant l'enquête succédant à la mort de Valentin Vermeesch, Alexandre Hart avait affirmé que l'élimination de Valentin avait été commanditée par un homme âgé de 69 ans. Il avait cité le prénom d'un sexagénaire qui aurait promis une somme de 3.000 euros pour régler le sort de Valentin.

Cette thèse a été infirmée par l'enquête. Mais les investigations ont démontré que ce sexagénaire avait été victime de différentes agressions. Cet homme isolé et souffrant de déficience mentale recevait régulièrement des jeunes chez lui. Peu méfiant et en mal de relations sociales, il leur offrait régulièrement à boire ou de l'argent. Valentin appréciait cet homme et se rendait fréquemment chez lui en soirée.

Deux des trois agressions commises sur ce sexagénaire auraient été commises lorsque Valentin s'était présenté accompagné d'Alexandre Hart. Mais selon différents témoins, le sexagénaire victime de racket ne nourrissait pas de sentiment de vengeance. Il n'aurait pas pu demander de s'en prendre à Valentin. Au décès de Valentin, il avait manifesté sa tristesse. Des intervenants sociaux ont confirmé que cet homme vivait avec des moyens financiers limités et qu'il aurait été incapable de commanditer une expédition punitive.

Alexandre avait déjà agressé Valentin

La victime avait été attachée et blessée à coups de pistolet air-soft

Ce lundi, la cour d’assises de Liège qui juge les bourreaux de Valentin a poursuivi les auditions des témoins en évoquant une précédente agression de Valentin dont se serait rendu coupable Alexandre Hart.

Des faits commis du 8 au 9 janvier 2016. Philippe, 25 ans, est poursuivi aux côtés d’Alexandre Hart pour cette agression commise sur Valentin dans l’appartement d’Olivier, une connaissance.

Ce témoin n’a pas été entendu sous serment puisqu’il devra témoigner pour son propre procès. La présidente lui a néanmoins rappelé qu’il pouvait dire la vérité… Certains éléments de son témoignage ne sont pas confirmés par des éléments recueillis dans le dossier.

"Alexandre est venu nous rejoindre alors que j’étais sur place avec Valentin", a-t-il indiqué. "Alexandre avait déjà bu. On a fait un jeu. Il m’a frappé puis il a commencé à s’exciter sur Valentin Vermeesch. Il a pris une carabine parce que Valentin avait mal parlé de sa famille."

Un élément qu’il a ensuite contredit en disant que Alexandre Hart avait agressé Valentin parce qu'il était jaloux de lui parce qu'il se trouvait avec ce témoin à jouer à la playstation. "Il l’a attaché avec des colsons et lui a tiré dessus. Il m’a attaché les mains et m’a frappé avec un casque de moto. Il s’est emparé d’un pistolet air soft qui appartenait à Olivier et a tiré sur le dos de Valentin. Valentin avait mal. Il disait d’arrêter, mais Alexandre continuait. Je ne sais pas si on a filmé les faits. Je n’ai pas tiré sur Valentin."

Le propriétaire de l’appartement avait expliqué qu’il aurait vu une vidéo qui aurait pu être filmée par Alexandre Hart. Dans cette vidéo, le propriétaire aurait vu ce témoin tiré sur Valentin. "Non, je n’ai pas tiré", a-t-il répondu. "Je suis parti bien avant."

Valentin aurait été forcé à monter les escaliers à genoux. Il aurait reçu des coups de poing, de pied. Le ou les agresseurs lui ont volé un baffle, une casquette, une veste et un GSM. Il aurait été attaché et obligé de manger.

"J’ai coupé les liens de Valentin et il est parti", a déclaré ce témoin. "Alexandre Hart m’a brulé avec une cigarette à la main."

Il a expliqué avoir été menacé d’un couteau peu de temps avant le décès de Valentin par plusieurs des accusés. Alexandre Hart a déclaré qu’ils étaient tous les deux auteurs de l’agression et du vol.

Les jurés ont ensuite entendu le propriétaire des lieux où s’est déroulée cette agression. Ce témoin est arrivé devant la cour accompagné d’une éducatrice spécialisée.

Après le décès de Valentin, ce jeune homme a été particulièrement choqué. Il a dû être interné pendant plusieurs mois. Avant de venir témoigner, il a dû prendre un traitement supplémentaire tout le weekend pour pouvoir se présenter. Il vit en habitation protégée. "Je considère Belinda comme mon ennemie", a-t-il indiqué." Ils ont tué mon meilleur ami. Ils sont tous mes ennemis, ils sont tous dans le même coup." Alors qu'il accusait l'autre protagoniste, ce témoin a indiqué que seul Alexandre Hart aurait agressé Valentin. Ils lui ont volé sa console et ont inventé une histoire d’Albanais. Le jeune homme ne se souvenait plus d’avoir vu une vidéo de l’agression dont Valentin a été victime.