Liège

Les jurés de la cour d’assises de Liège ont rendu leur verdict à charge d’Alexandre Hart, 21 ans, Belinda Donnay, 22 ans, Dorian Daniels, 22 ans, Loïck Masson, 23 ans et Killian Wilmet 18 ans. Les jurés ont délibéré pendant huit heures trente, soit approximativement la durée du calvaire de Valentin Vermeesch, 18 ans, pendant cette nuit de l’horreur du 26 au 27 mars 2017.

La cour a condamné Alexandre Hart à la réclusion à perpétuité et une mise à disposition de 15 ans du tribunal d’application des peines.

Belinda Donnay a également été condamnée à la réclusion à perpétuité. Dorian Daniels a écopé de 25 ans de prison. Loïck Masson a été condamné à 27 ans de prison et Killian Wilmet à 29 ans de prison, mais aussi 15 ans de mise à disposition du tribunal d’application des peines.

La semaine dernière, les accusés avaient été reconnus coupables de coups et blessures prémédités, de traitements inhumains, de tortures, d’attentats à la pudeur et de l’assassinat de Valentin Vermeesch, 18 ans.

Tous les accusés , exceptés Loïck Masson ont été reconnus coupables du viol de la victime.

La cour a relevé le caractère odieux et violent des gestes infligés à Valentin. "Ils ne lui ont laissé aucune chance et ont infligé une immense souffrance physique et morale. Il a été humilié de manière totalement gratuite. Ils ont fait preuve d’un mépris total et inadmissible pour l’intégrité physique, morale d’autrui, de lâcheté et ont utilisé la force du groupe."

La cour a relayé la nécessité de protéger la société. Pour Alexandre Hart, la cour a relevé l’atteinte à la propriété mais aussi le fait qu’il a "trahi la confiance que Valentin avait laissée en lui".

L’arrêt rappelle les conclusions des experts qui soulignent ses traits psychopathiques, les caractéristiques de pervers sadique mais aussi son cynisme.

L’arrêt souligne l’absence d’empathie dont a fait preuve Belinda Donnay qui a joué un rôle indispensable, son caractère fort et sa capacité de réflexion supérieure aux autres.

Il a retenu le rôle extrêmement violent de Dorian Daniels, mais aussi ses remords, sa collaboration à l’enquête et ses perspectives de réinsertion.

L’arrêt relève la "posture victimaire" de Loïck Masson qui n’accepte pas ses responsabilités.

Quant à Killian Wilmet, la cour a relevé ses traits psychopathiques, son côté manipulateur, sa froideur émotionnelle et sa "déresponsabilisation qu’il croit à tort pouvoir tirer de sa minorité".

"Quelle que soit la peine, 30 ans, 50 ans, cela ne me ramènera jamais mon fils", a déclaré le papa de Valentin. L’oncle de Valentin s’est dit satisfait. "Justice a été rendue. Ce n’est pas un soulagement parce qu’il n’y a pas de gagnant. On nous a retiré le gamin et aucune peine ne pourra jamais justifier de prendre la vie à aucun être humain avec acharnement et sadisme."

Me Wilmotte, avocat des parties civiles aux côtés de Me Lamy a salué cet arrêt. "Cela reste extrêmement triste pour chacun."