Liège L’expert a expliqué que de se voir agressé par son père provoque une souffrance psychologique.

Eddy Michel, 39 ans, doit répondre des assassinats de Jules, 6 ans, et Timothé, 4 ans, ses enfants. Des faits qu’il a commis à Liège dans la matinée du 30 septembre 2017.

Les médecins légistes ont déclaré que la souffrance des enfants a été particulièrement psychologique. "Une trace montre qu’une pression a été réalisée sur la tête pour dégager le cou avant d’y faire pénétrer la disqueuse", a précisé le Dr Boxho à propos des lésions de Timothé. "Il présentait une plaie de neuf centimètres de long et de plus de trois centimètres de profondeur. Cette plaie impressionnante n’a pas entamé le pronostic vital. Nous avons aussi relevé des traces qui démontrent que l’enfant a remonté l’épaule pour tenter de chasser l’appareil."

La victime présentait plusieurs lésions sur le haut du thorax et le couteau a pénétré de manière profonde, sectionnant trois côtes. Il a également subi une blessure au cœur et au poumon. "L’enfant a perdu rapidement connaissance".

Jules a subi le même sort. Son père l’a maintenu. Il lui a porté un coup de couteau qui a entaillé le cou et touché les vertèbres cervicales puis lui a porté dix ou onze autres coups dans la région thoracique. Il a percé le cœur à plusieurs reprises. La perte de connaissance a été moins rapide. "Son décès est intervenu dans un délai de trois minutes."

Selon le docteur , la souffrance des enfants a été d’ordre psychologique. "Se voir agressé par son père provoque une souffrance psychologique. Cette angoisse génère un taux d’adrénaline important qui a sans doute neutralisé la douleur."

Le médecin légiste a conclu que les lésions qu’Eddy Michel s’était infligées ne l’avaient pas mis en danger de mort.

Les experts psychologues ont estimé que l’accusé est responsable de ses actes. Ils ont souligné sa personnalité narcissique, mais aussi qu’il présente un risque important de récidive d’agression sur Madeleine Bosly ou de mettre fin à ses jours. "Il y a eu chez l’accusé le développement d’une dynamique d’allure paranoïaque, le désir de ne pas laisser son ex-compagne jouir de sa liberté", a précisé l’expert. "Madeleine Bosly est devenue un objet de haine. Il a entrepris la destruction de celle qui lui a fait vivre ça", a-t-il poursuivi." Tuer les enfants, c’était tuer Madeleine et la punir à l’extrême."

Un bon père, selon ses proches

  Plusieurs témoins de moralité d’Eddy Michel l’ont décrit comme un bon père de famille, mais très strict pour l’éducation de ses enfants. Les témoins l’ont qualifié de “timide”. Selon sa sœur, l’homme qui était passionné de sport avait transmis cette passion à ses enfants. “Ils pratiquaient la natation, le football et le basket. Quand les enfants recevaient des jeux, il était le premier à aider à les déballer et à les construire.”

La dame a aussi expliqué que son frère ne se confiait pas beaucoup concernant les difficultés que son couple traversait. “J’ai été surprise quand j’ai appris qu’ils se séparaient. On ne l’avait pas vu venir. Nous n’étions pas au courant des détails de sa vie de couple. Il a très mal vécu cette séparation. Il voulait que Madeleine revienne. Il était braqué. Il refusait d’entendre ce qu’on lui disait car cela ne correspondait pas à ce qu’il voulait entendre”, a-t-elle terminé. “C’était un père très strict. Il imposait d’aller dormir à des heures raisonnables, de manger équilibré et de faire du sport”, a expliqué un autre membre de la famille. “Il était assez intransigeant dans ses décisions. Madeleine était plus cool avec ses enfants.”