Ce mercredi matin, la défense de la société Intradel a demandé à ce que le tribunal condamne Alain Mathot à lui débourser au minimum 1 700 000 euros ou reconnaitre qu'il a participé avec les autres prévenus à de la corruption qui a causé un préjudice d'un total de 8 900 000 euros et soit condamné solidairement avec les autres prévenus à payer cette somme.

Pour rappel, la cour d’appel de Liège a rendu un arrêt dans l'affaire de corruption commise lors de la construction de l’incinérateur Uvelia par la société Inova France pour l'intercommunale Intradel dans lequel elle a épinglé le rôle d'Alain Mathot dans un arrêt de 254 pages. Ils ont relevé les déclarations de Philippe Leroy, l’ancien directeur d’Inova France et les éléments concrets qui accréditaient ses déclarations. L’homme a expliqué qu’Alain Mathot avait demandé 2 millions d’euros, un pour lui et l’autre pour Léon-François Deferm, un proche de la famille Mathot. "Alain Mathot lui a fait comprendre que pour gagner le projet, un contrat de lobbying était nécessaire", ont relevé les magistrats. Les juges ont précisé. "Les paiements ont été faits après l'attribution du marché. » Selon la cour, ce qui a accrédité les déclarations de Philippe Leroy et donc la corruption.

En réalité, selon le tribunal et ensuite la cour, Alain Mathot a reçu une somme de 700 000 euros en liquide tandis que Léon-François Deferm, un proche de la famille Mathot a reçu 1 000 000 euros à la demande d'Alain Mathot. 

Philippe Leroy, l’accusateur d’Alain Mathot et ex-patron d’Inova France, a été condamné à deux ans de prison avec sursis et une amende de 3.000 euros avec sursis. Adelio Tarquini, qui a aidé à l’attribution du marché, a été condamné à 15 mois de prison avec sursis et une amende de 3.000 euros avec sursis.

Léon-François Deferm a écopé d'un an de prison avec sursis et une confiscation d'un million d’euros. Les autres prévenus ont été condamnés à des peines allant de huit mois de prison avec sursis à deux ans de prison avec sursis.