Un projet immobilier qui a déjà fait couler beaucoup d’encre… c’est ce dont il était question ce lundi soir, à l’entame du conseil communal de Liège. Le projet immobilier du groupe Matexi, à la Chartreuse, qui prévoit la construction de quelque 48 logements (35 maisons et 2 immeubles à appartements), sur un espace vert de 2,5 hectares, longeant le Thier de la Chartreuse, était en effet à l’ordre du jour au travers d’une interpellation citoyenne. Pour le collectif Un Air de Chartreuse, à l’initiative de l’interpellation, il est tout à fait impensable que ce poumon vert soit entamé, alors même que la Ville prétend poursuivre une politique "stop béton". Les autorités n’ont d’ailleurs à ce stade pas souhaité déloger les occupants du site, qui se relayent à la Chartreuse pour éviter que les travaux débutent… Mais les militants craignent le pire et réclament un moratoire sur ce projet.

"La population prend de plus en plus conscience que la Chartreuse, espace vert de qualité dans la ville, joue un rôle social, culturel et éducatif essentiel, a expliqué le collectif lors de l’interpellation. En tant que poumon vert, il permet d’assainir l’air de la ville et contribue de manière incontestable au bien-être des citoyens. […] La recherche du souci de l’intérêt général et du bien commun doit être votre priorité pour les Liégeois."

Après avoir rappelé que "ce site de grand intérêt biologique", qui fait le lien entre cinq quartiers liégeois, abritait plusieurs monuments classés, le collectif a expliqué que l’occupation de ce "bout" de chartreuse, "ne serait pas un détail dans l’aménagement global du site". Évoquant un effet sur la biodiversité et un effet boule de neige... "En revanche, ce lotissement serait un détail pour la crise du logement."

Et d’adresser deux demandes aux autorités : ne pas procéder à l’évacuation de la zone à défendre si Matexi lance les travaux et s’engager à "ouvrir une large négociation avec Matexi et toutes les parties concernées dans ce dossier afin de trouver une solution alternative au chantier pour l’avenir du site, incluant la volonté exprimée par des milliers de Liégeois de préserver la globalité du site de toute urbanisation et de lui conserver son caractère vert".

Willy Demeyer : "C'est la Région qui délivre les permis in fine"

En réponse à l’interpellation, le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, a réaffirmé son intention de ne pas procéder à l’évacuation de la zone mais également de vouloir dégager "un accord global". "Je prendrai contact avec un Air de Chartreuse à bref délai", a-t-il confirmé. Néanmoins, si l’intention de la Ville est bien de préserver le poumon vert de la Chartreuse, Willy Demeyer a aussi rappelé que "ce projet qui fait tant polémique et pour lequel la Région wallonne a délivré un permis contesté par les riverains", ne représente que 3,4 % du site… Et de rappeler dès lors que la Région a la main pour sanctuariser des sites… "Pour y parvenir, il faut revoir le schéma d’orientation local qui permet l’urbanisation du site". Il précise : "C’est la Région qui délivre les permis in fine et c’est elle qui doit pouvoir faire évoluer ces documents réglementaires en concertation avec nous".