Ce mardi 19 janvier, les associations Animaux en Péril et Help Animals ont pris en charge deux juments et leurs poulains à Sprimont. "Les équidés, dans un état épouvantable, étaient prisonniers d’un terrain marécageux, à la recherche désespérée de nourriture et d’un endroit sec. Par ailleurs, le terrain, très mal clôturé et situé à côté de l’autoroute, constituait un réel danger. D'ailleurs, La confiscation des animaux a été ordonnée par le bourgmestre de Sprimont", explique-t-on à l'ASBL Animaux en Péril qui a pris les équidés en charge.

Selon l'ASBL,la situation était bien connue des autorités puisque la propriétaire des chevaux a déjà reçu plusieurs avertissements la sommant d’améliorer les conditions de vie de ses animaux. "Il lui avait également été signifié de prendre des mesures afin d’éviter que ses animaux ne vagabondent. Malheureusement, celle-ci n’a pas tenu compte des différentes mises en garde et la situation n’a fait que se dégrader. Les nombreux manquements ont été pointés dans un rapport d’inspection établi par la SRPA de Liège, sollicitée par les autorités communales. Le premier élu de Sprimont a fini par prendre la seule décision qui s’imposait pour le bien-être des animaux."

Arrivés sur les lieux de la saisie, les soigneurs et bénévoles des refuges ont découvert "un véritable chaos", la météo de ces derniers jours ayant empiré encore un peu plus l’état du terrain. 

L’embarquement des juments dans les véhicules d’Animaux en Péril et de Help Animals  s'est opèrée sans encombre. "Les poulains qui n’ont jamais été manipulés étaient par contre très apeurés et leur chargement sera beaucoup plus compliqué. Il prendra près d’une heure".

Le premier constat vétérinaire décrit un état de maigreur inacceptable pour les quatre équidés. Les sabots des juments sont trop longs et la partie interne des pieds est même pourrie. C’est évidemment l’humidité prolongée qui en est la cause. "Le pelage des poulains est dans état catastrophique. À ce stade, le mot sale est un euphémisme. Le mélange de crottins et de boue, dans lequel les jeunes chevaux ont été obligés de se coucher pour se reposer, s’est agglutiné dans une épaisse couche séchée dont les soigneurs des refuges auront beaucoup de mal à venir à bout. La tonte sera incontournable". Enfin, et comme toujours dans ce genre de situation, les équidés sont infestés de parasites.

Les mères et leur poulain ont maintenant rejoint, respectivement, les refuges d’Animaux en Péril à Meslin-l’Evêque et d’Help Animals à Braine le Château.

Poursuite judiciaire et destination finale

La police a dressé un procès-verbal pour infraction au Code wallon du Bien-être animal. La propriétaire pourra être poursuivie au pénal ou administrativement. Si le Parquet décide de prendre la main dans cette affaire, il pourra renvoyer la propriétaire devant le tribunal correctionnel. Celle-ci risque une peine prison et une amende pouvant s’élever à 1 million d’euros. Si le Parquet ne poursuit pas, la main reviendra alors au fonctionnaire sanctionnateur qui pourra infliger une amende pouvant aller jusqu’à 100.000 euros, mais également un retrait de permis de détention d’animaux.

En ce qui concerne la destination finale des animaux, la décision revient au bourgmestre de Sprimont qui a deux mois pour confirmer que les animaux seront confiés aux refuges qui les ont pris en charge.