Stockay, par contre, peut dire au revoir au tour final.

On aura beaucoup parlé de l’arbitrage ce week-end. Tant dans l’actualité de la Pro League qu’en province. "Il faut oser dire ce qu’il s’est réellement passé ce dimanche", lâchait, furieux comme jamais, le président stockali Jean-Pierre Della Costa après le revers face à Raeren (0-2). "L’acteur principal de cette partie, ça a été M. Collignon ! Il a décidé qui devait gagner et surtout qui devait perdre. Je ne contesterai jamais une décision mitigée, mais, ici, il exclut Rico Garcia sur une phase où il n’y a même pas faute. On est sanctionné triplement puisqu’on perd notre gardien et on met notre attaquant (Kabamba) au but. Et pour couronner le tout, Dionisio se blesse aussi sur la phase. Ses décisions auront été lourdes de conséquence."

Son entraîneur , Yannick Pauletti, qui avait dû dépanner sur la pelouse pour la venue de Raeren, restait plus prudent pour ne pas risquer de conséquences futures. "Avec cette défaite, on peut dire adieu au tour final", regrettait-il amèrement. "Nous avions pourtant très bien débuté la rencontre avec quelques occasions de but, mais nous avons manqué d’efficacité à ce moment-là. Après les événements, le contexte a changé et c’est devenu plus difficile pour nous. Il faut se reconcentrer sur une fin de saison que l’on ne peut bâcler."

Dans le camp d’en face, même si l’on a aussi quelque peu souffert de l’arbitrage avec cette exclusion de Wolff avant la demi-heure, on se réjouit de l’excellente opération réalisée ce week-end. "Je pense que notre succès est mérité", débutait André Winkhold. "Nous avons bien géré les moments forts de la partie dans un contexte logiquement tendu. Nous débutons donc notre semaine de vérité de façon positive. Nous jouons une rencontre d’alignement face à Xhoffraix (NdlR : peu de chance vu les conditions climatiques actuelles) puis nous recevons Beaufays. Une participation au tour final passe par un six sur six."