"Nous voulons des logements à prix décents et garder le reste de nos sous pour vivre dignement", "Taxer les maisons vides et financer le droit au logement", "Du logement pour les gens pas pour le profit", "Sans logement à la rue? L'Etat en justice", voici quelques messages que l'on pouvait lire sur des affiches et autres supports que tenaient ces personnes rassemblées ce dimanche, en fin de matinée, sur l'esplanade de la gare des Guillemins. Un rassemblement organisé dans le cadre de la mobilisation internationale du Housing Action Day, journée d'actions pour le droit au logement. Comme l'indique l'intitulé, des actions sont censées se dérouler un peu partout ce dimanche, comme à Liège.

Un événement liégeois qui n'a pas manqué de faire le lien avec les inondations survenues en juillet dernier ayant endommagé les logements de bon nombre de ménages. "Alors que les centres d'accueil de la Croix-Rouge vont fermer leurs portes d'ici quelques jours, on sait que des personnes, à Verviers, sont encore sans logement. Beaucoup de sinistrés doivent déplorer le fait de ne pas bénéficier d'un accompagnement, ou pas beaucoup. Tandis que d'autres restés dans leurs logements sont suspendus aux décisions des assurances...", a souligné une animatrice du Réseau Wallon de Lutte Contre la Pauvreté.

Une situation qui ne fait qu'accentuer "les difficultés à trouver des solutions, déjà bien compliquées auparavant"...

Plusieurs structures oeuvrant pour le droit à un logement décent se sont ainsi rassemblées ce dimanche afin de faire entendre leurs voix. C'est ainsi que plusieurs de leurs représentants ont pris la parole pour dénoncer, notamment, la hausse des loyers; la spéculation immobilière; le manque de logements sociaux; la criminalisation du sans-abrisme; la présence de logements inoccupés ou encore la bétonisation des espaces verts. "Oui, il faut du logement mais pas au détriment de l'environnement et de la santé pour tous", a relevé l'un d'eux.